AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  Connexion  

Reose Hybride

Reose, une île où les Hybrides sont les esclaves des Humains. [Forum +18 / Y / Y / H, Maître-Esclave, Guerre de Domination, Dystopie]
 

 :: La Base :: Registre :: Hybrides validés Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

Loyalty † Nayzha

avatar
ESCLAVE ♀
Fiche : Loyalty
Race : Hybride vache
Points : 8
Ven 29 Juin - 22:06
HYBRIDE ESCLAVE
Nayzha


ge: 21 ans.
Sexe: Féminin.
Orientation sexuelle: Homosexuelle (mais panromantique).
Race: Bien qu’elle aurait préféré se vanter d’être un taureau, sa condition féminine fait d’elle un hybride vache, charmant.
Shuten Douji, Fate/Grand Order


Physique

La tête haute et le dos bien droit, tu ne mesures qu’un petit mètre et demi pour un poids ne dépassant jamais les quarante-six kilogrammes. Ta démarche est fluide quoique parfois ralentie par une paresse ennuyante et ta silhouette svelte est un avantage pour te déplacer dans les moindres recoins. La peau laiteuse - et, non, ça n’a rien d’un jeu de mots dans ton cas - et douce, elle n’arbore aucune perfection ni anomalie si l’on ne prend en compte les deux barres gravées dans ta peau fine.

Le sourire fin, surplombé par un petit nez et deux perles lavandes illuminant ton visage pâle, tu possèdes un visage expressif, parfois moqueur et mesquin, laissant transparaître les quelques émotions qui le traversent. Encadré par un voile de cheveux lisses et soyeux d’une couleur semblable aux deux étoiles brillantes, tu prends soin de ta courte chevelure arrivant à peine au-dessus de tes épaules, dévoilant un cou gracile. La frange, voilant ton front et s’arrêtant juste au-dessus de tes yeux, est séparée naturellement du reste de ta coiffure par deux grandes cornes pointant vers le haut.

Soignant ton physique, prenant soin à ne jamais abîmer cette beauté naturelle, ton attention passe aussi par ton accoutrement. Bien que tu acceptes les vêtements donnés par ton propriétaire, aussi vieux ou rapiécés puissent-ils être parfois, tu préfères les grands vêtements amples qui te permettent de te mouvoir à ton aise, hormis les robes à froufrou ou autres artifices qui ne font que te gêner davantage. Ainsi, il n’est pas rare de te croiser avec une robe de chambre ou une couverture sur les épaules par des températures caniculaires, du moment que tu as l’approbation de ton maître.


Caractère

Docile créature, tu es de ces hybrides qui ne prennent pas la peine de s’opposer aux humains tant cette condition te convient. Plusieurs raisons à cette vision des choses ; tu n’as besoin de travailler que pour ton maître qui te nourrit et te loge contre tes services, tu te contentes très bien de cette vie, et de plus, sans les humains, tu n’existerais peut-être tout simplement pas. Ce n’est pas un courant de pensée vraiment recommandable tant il est unilatéral, mais il t’a permis de ne pas générer de problèmes durant ta vie.

De ce fait, tu es une demoiselle loyale, prête à prendre partie de ton maître et à lui rester fidèle. Afin de lui rendre service, tu es ordonnée dans tes tâches, notamment s’il te demande plusieurs choses. Ainsi, tu ne commences jamais plusieurs tâches en même temps, et tu tentes toujours de trouver la manière la plus efficace d’aboutir à la fin de celles-ci. N’approuvant généralement pas le désordre dans une pièce, il t’arrive parfois de prendre des initiatives pour ranger même lorsque l’on ne t’a rien demandé, par simple mesure de précaution - on est jamais loin d’un accident impliquant une peau de banane tombée d’une corbeille ou d’un objet fragile qui, en se brisant, aurait éparpillé de nombreux morceaux tranchants.

Attentive et apaisante, tu es toujours présente pour ceux qui ont besoin de calme, de douceur et de réconfort. Ta voix, à peine plus haute qu’un murmure, aide les cœurs les plus endurcis à trouver la paix, en plus d’une personne en qui confier ses problèmes. En effet, tu es plutôt digne de confiance, gardant les secrets que les autres confessent au creux de ton oreille. Cependant, cette attention que tu portes peut révéler une mauvaise part de toi-même : à trop vouloir bien faire, tu arrives à être indiscrète quant à ce que l’on te cache, et tu n’hésites pas à être directe et donner ton avis lorsque tu le penses nécessaire.


Signes distinctifs

Deux barres parallèles inscrites sur ton poignet gauche, accompagnant une suite de chiffres permettant d’identifier ton maître, te rappelant que tu as été vendue comme du bétail. Ainsi que deux cornes qui te permettent parfois de faire tenir des objets sur ta tête sans qu’ils ne tombent. Si on compte cela comme signe distinctif, les lunettes qui sont sur ton petit nez d’hybride.


État de santé général

Mis à part une certaine myopie qui te contraint à porter des lunettes pour voir décemment, ainsi qu’un souffle au cœur qui t’empêche de courir bien loin sur une durée conséquente, tu es en bonne santé.


Histoire

La douleur vive au poignet encore fraîche dans ta mémoire, le regard absent mais fixé sur l’encre noircie s’étalant sur ton poignet, tu étais plongée dans les souvenirs qui avaient conduit la petite hybride que tu es à devenir ce que tu voyais finalement dans ton reflet. Tu n’avais pas eu une vie digne d’une héroïne de roman, une existence égale à celle d’un humain, tu n’étais qu’un objet dont l’histoire pouvait être résumée aussi courtement qu’une description de meuble.

Née dans un élevage d’hybride spécialisé dans les animaux de ferme et tout ce qui pouvait s’en rapprocher, tu avais été séparée de tes parents quelques heures après ta naissance, pesée et observée par des humains qui n’avaient utilisé que du vocabulaire digne d’un animal de foire, du simple bétail, pour te décrire.

Femelle. 2,5 kg. Faible constitution. Ne vivra que quelques semaines.

Et finalement, par un bienheureux hasard - ou fut-il malheureux selon le point de vue - ; tu avais survécu plus que les prédictions de tous ces charlatans. Dans cet élevage, tous les hybrides étaient destinés à travailler dans les champs : les hybrides taureaux utiliseraient toute leur force pour traîner les outils de récolte, tandis que les mains graciles et habiles des hybrides vaches leur permettraient de cueillir le reste du champ. Tu n’allais pas y échapper.

Si ce n’est que le destin en avait voulu autrement. Ton enfance, passée dans la neutralité face à ton sort, dans l’attente d’un bonheur qui t’était interdit, d’une liberté que tu frôlais du bout des doigts lorsque tu étais seule, loin de tes frères et sœurs de quelques années tes aînés ou cadets. Les entraînements et le dressage n’étaient pas de tout repos, et la faible musculature que tu arborais ne t’aidait pas à supporter la fatigue. Tu étais cependant prête à accepter ton sort d’outil pour les récoltes lorsqu’on remarqua que tu souffrais de problèmes qui allaient t’empêcher de travailler physiquement trop longtemps, et que tu ne voyais même pas les plantes que tu devais ramasser.

Redirigée dans un autre élevage, tu fus séparée de ta famille. Celui-ci s’occupait de dresser de jeunes hybrides pour servir des maîtres dans leur quotidien. Ton nouveau dressage ne ressemblait en rien à celui auquel tu étais accoutumée depuis une dizaine d’années, passant d’exercices physiques de portage de paniers remplis à celui beaucoup plus amusant du ménage qui avait au moins pour effet de te laisser une marge de réflexion. Même si tu ne voyais pas toujours ce que tu devais ranger, tu arrivais beaucoup mieux à te rendre utile.

Le jour de tes dix-huit ans, tu as été envoyée sur un marché d’hybride. Là, ça n’avait pas été évident pour te trouver un maître. Les plus riches regardaient les hybrides haut de gamme, en prenant soin d’éviter ceux avec des problèmes de santé ; les plus pauvres avaient évidemment besoin d’un hybride plus costaud pour les aider dans leur travail. Même si ton prix était abordable et dans la norme - abaissé par ta myopie, relevé par les critères de beauté physique - ; assez peu d’humains venaient te voir.

Ne trouvant d’acheteurs, cela fait bien trois années que tu aides le gérant qui s’occupe de ta vente et qui, pour te récompenser et éventuellement inciter les gens à venir te voir, t’a offert une paire de lunettes adaptées. Même si tu as quelque chose à faire, même si tu es utile à cet homme, tu espères quand même que quelqu’un viendra te sortir de cette cage qui est contraignante.

Le regard toujours perdu sur ton poignet, le bruit des passants et du marché résonnant dans tes oreilles, tu ne remarques pas qu’une silhouette est penchée vers toi avec un sourire.


Pseudo: Elis.
Âge: 18 ans.
Quelque chose à nous dire? Tabouret.
ET ALORS LA MARMOTTE, ELLE MET LE CHOCOLAT DANS LE PAPIER D’ALU.

(pardon.)

Code by Frosty Blue de never Utopia


Revenir en haut Aller en bas
avatar
Double-Compte : Hedda Citlali - Ellys - Falkho Alastar
Points : 258
Ven 29 Juin - 22:11
Très belle fiche Nay'! Très plaisante à lire ^^

Bienvenue!


Tu es validé! Tu peux dès à présent commencer à faire du rp partout sur le forum. En cas de question ou de problème, tu peux contacter n'importe quel membre du staff.

Tu peux recenser ton avatar ici
En cas de doucle-compte, n'oublie pas de le recenser ici
Tu peux faire une demande d'habitation pour Stell, Kiana ou Hybii.
Le formulaire de demande de Maître(sse)/Esclave/Rp c'est ici

N'oublie pas de remplir ton profi et de remplir le champ de Double-Compte si besoin.

Et si tu en as envie, tu peux aller lire ceci c'est de la documentation facultative sur l'univers de Reose. Ça a été mis en place pour facilité le rp, mais rien ne t'oblige à tout lire non plus.

Awful pour Epicode
Revenir en haut Aller en bas
Page 1 sur 1

Sauter vers :
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Reose Hybride :: La Base :: Registre :: Hybrides validés-