▲ AVERTISSEMENT ▲

Forum +18, H / Y / Y autorisé,
Maître-Esclave, Dystopie,
Guerre de Domination
Médiéval-Post-Apo.

Vous pouvez scroller la barre latérale en utilisant les flèches directionnelles ou la molette de la souris.

Top sites

Partenaires

Les statistiques

Nous avons besoin de Rebelles prêts à se battre pour leur Liberté!
10 humains ♂7 humaines ♀
8 esclaves ♂11 esclaves ♀
2 libres ♂6 libres ♀

Les Rumeurs

Un nouveau roi?

Le Roi aurait disparu! Est-il mort? Les Rebelles ont-ils mis la main dessus? La Reine Hedda chercherait un nouveau prétendant...
Lire plus

Event en cours

Le grand événement de la mer des lumières approche! Tout le monde se prépare pour y participer à sa façon.
Lire plus

à adopter !

Petites annonces

jj/mm/aaaa — ANNONCE
jj/mm/aaaa — ANNONCE
©️linus pour Epicode
En bref



 

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas
Sam 10 Nov - 21:09

Prisme

Epuiser l'ombre avec des mains bénies.

âge : 27 ans.
sexe : Masculin.
orientation sexuelle: Homosexuel.
race : Chauve-souris.
Signes distinctifs
La marque des esclaves. Possède des cicatrices et traces de blessures.

Santé générale
Santé relativement bonne. Quelques difficultés à passer les hivers froids sans tomber malade.


Physique
Tout en clair-obscur. Dualité contrastée.
Noir et blanc. Nuances grises parsemées ici et là.

Prisme a la peau presque blanche, lisse et translucide. Il a l'épiderme d'un marbre imparfait, taillé délicatement mais pas toujours pur, qui se laisse parcourir, découvrir, pour en révéler les aspérités.
Un visage implacable, pommettes découpées et mâchoire anguleuse, un nez fin et droit malgré qu'il se soit fait casser de nombreuses fois. Des lèvres délicatement ourlées et pleines qui s'étirent bien trop souvent sur un sourire en coin, parfois sur un vrai rire, toujours sur des mots en trop. On lui a demandé de la fermer, on lui a fermé sa gueule littéralement quand il n'a pas su s’arrêter. Faire taire cette jolie bouche.... la faire pisser du sang, l'embrasser violemment ou lui éclater son poing dans les dents, dans ses canines un peu trop pointues pour être humaines. Trop de possibilités, mais il continue à l'ouvrir trop souvent ce con. Il n'a pas encore très bien compris la leçon. Ou se fait un plaisir de titiller les sangs-chauds, pour plaire à ceux qui aiment son caractère. Qui sait. Dans tous les cas, ses prunelles argentés brillent de mille-feux, abysses de mercure qui n'ont pas l'ombre d'un mystère. S'il voit relativement bien la nuit, on lit relativement bien ses yeux aussi. Les éclats de colères, les élans de tendresse. Et, la plupart du temps, les éclairs malicieux qui trahissent son amusement, parfois éclipsés par une mèche bien trop sombre qui barre sa vue. Sa tignasse nuit et ébouriffée est bien souvent laissée négligée, dans un élan de frivolité puisque ce côté débraillé lui plaît bien. Sans compter que cela permet de dissimuler légèrement le pointu important de ses oreilles bien trop sensibles, délicate caractéristique de son hybridation.
Prisme est grand. Jeune homme élancé, silhouette bien taillée qui se découpe avec précision. Il est suffisamment grand pour aimer voir les gens lever le regard lorsqu'ils s'adressent à lui, suffisamment grand pour sourire lorsqu'il doit baisser les yeux sur son interlocuteur. Il n'est pas immense, n'est pas sculpté comme ceux dont l'animal est plus puissant que le sien, mais suffisamment pour témoigner de ses capacités à se défendre. Ou à attaquer. Une musculature déliée, solide, qui se sent jusque dans ses ailes qui se déploient dans son dos. Elles sont délicates. Puissante mais fines, membranes de peau sombre bien trop sensibles pour ne pas être un point faible. Assez forte pour le faire planer si besoin.

Vêtements sombres, simples, sobres et confortables. Souvent moulants, en cuir et lainages fins.
Grand manteau de fourrure l'hiver pour ne pas souffrir trop violemment de la morsure du froid.
A trop de cicatrices pour les compter, un peu partout sur le corps. Dues à son emploi régulier.
Mains fines mais puissantes, aux doigts longs, dont les ongles s’apparentent plus à de solides griffes.


Caractère
Prisme. Prisme. Prisme...
Éclatement du spectre, lumière colorée, blanc. Puis noir.

Prisme n'en a pas grand chose à faire des grandes idées. Prisme aime son confort relatif. Prisme n'a pas de grandes envies de révolution, mais aime bien faire chier son monde à son niveau si cela ne lui apporte pas trop d'ennuis.
Il est un peu trop sûr de lui, un peu trop grande gueule. Il connaît les limites et aime danser dessus, tanguer autours tel le vol désordonné d'une chauve-souris. Il aime taquiner, jouer, titiller. Se foutre de la gueule des gens aussi, avec retenue et ironie mordante. Il aime plier, faire plier les gens, mais aime courber l'échine sur plus cassant que lui.
Prisme.
Maître de lui même, toujours dans la retenue. Il ne s'emporte pas facilement, prend souvent les choses trop à la légère. Ou en donne l'impression, l'impression de se foutre des conséquences. C'est plutôt ça. Tant que sa vie n'est pas en jeu, ni son confort sur le long terme, alors qu'importe de finir comme un déchet dans le coin d'une rue, qu'importe de passer la nuit avec des inconnus, qu'importe de perdre un temps la vue. Il se repère très bien à l’ouïe de toute façon.
Prisme.
Il aime séduire, aime être séduit, aime jouer des sens, jouir de ses sens et perdre pied. Fidélité et honnêteté n'ont de sens que par sa nature, que parce qu'on l'a éduqué. Le reste des enjeux n'existe pas à ses yeux, il ne connaît pas ce qu'on ne lui a pas appris. Continue d'apprendre petit à petit. Et il aime cela, apprendre, connaître, tout savoir des gens qui lui font face, qui croisent ça route. C'est ce qu'on lui a demandé de faire, lire les gens, comprendre leurs intentions. Pour mieux servir, protéger. Alors il apprend toujours, protège chaque jour. Et finalement continue de mûrir, d'évoluer. Continue de s'enrichir du contact des autres, pour se découvrir un peu plus lui-même à chaque fois.
Prisme, il n'a pas de grands rêves. On ne lui a jamais dit qu'il pouvait en avoir. Il n'a pas non plus de désir de liberté, puisque ce mot n'a aucun sens pour lui. Par contre il a son caractère, et ça n'est pas rien. Trop fier, assez hautain. Il ne supporte pas la niaiserie, n'est pas cruel par nature mais croiser des p'tits idiots trop naïfs lui donne des envies de sadisme, parce que non, rien n'est tout beau, tout lisse, tout propre et rien ne finit bien. Alors les espoirs de grand amour, de meilleure vie heureuse de débile, ça le fait rire et lui donnerait envie d'être brutal, juste pour briser quelques rêves trop purs et faire redescendre les pauvres âmes dans la réalité. Mais il n'est pas violent, alors il se contente de sourire en coin, passablement agacé. Mais n'hésite pas à se servir des poings si on lui demande, si c'est son devoir. Parce qu'il n'aime pas plus que ça au fond. C'est juste son rôle. Tout comme celui de tenir un foyer, de servir, de répondre aux ordres. Il n'a pas d'avis sur s'il aime le faire ou non, il le fait parce qu'on lui demande. Aime se plaindre pour le plaisir d’embêter, non par réelle conviction. Pousse à bout pour le plaisir de sentir la colère monter, non par rébellion. Mais il ne trahit pas Prisme. Parce qu'on l'a bien éduqué au fond. On a un peu foiré son caractère, mais pas ses aptitudes, et c'est là toute la différence. Il peut dire non, mais fera ce qu'on lui a demandé. Parce que c'est ce qu'il est. Esclave.
Prisme. Tout de complexité et de simplicité. Il est ce que lui a permis d'être, se construit petit à petit un peu plus, dépasse le cadre donné. Pour devenir lui. Prisme. Il s'est un peu fait abimer au passage, alors ses grands sourires ont quelques ombres, son détachement n'est plus gratuit, son rire n'est plus innocent. La chauve-souris est plus subtile qu'il n'y paraît, commence à prendre conscience de la société dans laquelle il évolue. C'est aussi fragile qu'une lueur, qui peut s'embraser ou s'éteindre d'un souffle. En attendant, il contemple la nuit, fait le travail pour lequel on le nourrit. Et profite de sa vie.


Histoire

- Ether, Prisme, Quartz et Cristal.

Dans l'ordre, le nom de chaque hybride de la portée du jour. Quatre petits de plus pour l'élevage. Quatre chauves-souris à faire grandir dans le droit chemin. Et autant d'argent de gagné, parce que tout le monde paraît en bonne santé. Même la mère, dont l'accouchement a été relativement bon.
C'est une belle journée qui s'achève.


- ...Vous récupérez c'quatre là en plus.
- Navrée, mais on n'a plus que deux places en comptant la livraison de la semaine dernière. Ça risque de poser problème.
- Pas d'souci, on a d'autres contacts. Ether et Prisme vous suivent alors, j'garde les deux autres pour l'instant. Voici les papiers, passez une bonne journée.

La fratrie est coupée en deux, pour le peu de souvenir en commun qu'ils avaient ça ne fait pas grand chose. Ether et Prisme suivent la femme qui va se charger de leur éducation, sans vraiment avoir d'avis sur la question. Beaucoup trop jeunes.
Le tatouage fait mal, Ether se mord la lèvre, ses grands yeux gris humides ne lâchent pas une larme. Prisme gueule un bon coup sous la douleur, mais ne pleure pas non plus. Puis c'est fini et le mâle part comme une furie, incapable de tenir plus longtemps en place. Ils ont le droit à une pause, il compte en profiter. Sa sœur le suit plus calmement, incapable de lâcher des yeux la nouvelle marque qui orne son bras. Elle ne s'y fera jamais vraiment. Prisme n'en a jamais rien eu à foutre.


- Putain de petit con de merdeux !
- .. Toi, tu t'es encore fait avoir par la souris.
- Mais merde, il m'a mordu !
- Tu sais pas t'y prendre, il est doux comme un agneau ce gamin.
- Tsssk.

Non, il n'est pas doux comme un agneau. Sauf face à l'autre GrandHumain, parce que celui là il fait un peu peur. Parce que celui-là, il ne frappe pas, mais dans un sens il est plus dangereux. Prisme le sait, alors Prisme se tient à carreau face au GrandHumain. Il écoute bien, obéit bien, sourit toujours. Et l'Autre le félicite, gentiment. Et c'est la meilleure des récompenses. Prisme s'en fout des friandises, Prisme s'en fout des menaces, Prisme s'en fout des corrections. Quand elles ne sont pas appliquées par quelqu'un qu'il considère, qu'il respecte. Par un Grand. Un Maître. Qu'importe le genre. Mais quand c'est un être comme PetitMachin, alors là il peut se branler pour se faire respecter. Ok la chauve-souris obéit, mais c'est tout. Rien à battre des coups, des privations, il sourit quand il répond, lève les yeux aux ciel et tire la langue quand il sent que ça peut énerver l'autre encore plus. Et après il se marre comme le gamin chiant qu'il est. Pas méchant, juste joueur. Et tant pis s'il finit encore avec des marques, avec un goût de sang sur le palais. La violence ne lui fait pas peur, il aime trop s'amuser pour arrêter. Il est déjà conditionné, déjà bien formaté. Et il sait que GrandHumain aime bien son caractère et aime bien qu'il embête l'autre, tant que ça ne va pas à l'encontre de son apprentissage. Alors Prisme sait que tant qu'il ne dépasse pas les bornes, il ne sera pas envoyé là où ça pue la peur, les pleurs, la mort. Il ne sait pas ce qu'il y a là-bas, mais il est terrorisé par l'endroit. Alors il taquine, sans jamais rien faire qui puisse lui faire mériter un séjour aux Cellules, comme ils disent.


- Prisme...
- Shhhht Esther. Ça va aller ma belle.
- J'ai pas envie... J'ai pas envie d'être demain.
- Je sais, mais ça va le faire.
- Je sais pas comment tu fais.
- Pour ?
- Pour faire comme si tout est normal.
- ...Je ne vois pas de quoi tu parles... C'est normal que tu aies peur hein, tu sais.
- C'est pas ça le problème...

Esther. Ce n'est que des années plus tard qu'il commence à comprendre un peu mieux sa sœur. Avant ça, il n'a jamais su saisir sa manière de penser, de voir les choses, d'appréhender leur vie. Lui ne s'est jamais posé la moindre question, se contente d'être heureux de ce qu'on lui offre, d'obéir aux règles. Elle, c'est plus subtile, moins clair. Il ne comprend pas, les questions qu'elle pose et toutes celles qui doivent voler dans sa tête sans qu'elle ose les sortir à voix haute. Elle a des désirs, des envies. Des joies et des peines. Des contradictions.
Demain. Demain c'est un autre genre d'apprentissage qu'ils vont découvrir. Une initiation, puisque aucun d'eux n'est destiné au marché rose. Mais qu'il leur faut connaître le sujet, un minimum. Esther ne supporte pas l'idée qu'on s'approprie son corps, le tatouage la crispe déjà, l'idée de plus la révulse. Prisme hausse les épaules, comme à son habitude. Il aime apprendre, ne voit pas le problème. Puis demain il reprend les cours de self-defense aussi, le dresseur étant revenu de sa pause. Et ça, c'est une bonne nouvelle.


- Amenez-la aux Cellule. On aurait dû faire ça depuis le début....
- Et son frère ?
- ...Empêchez lui d'utiliser ses ailes, faudrait pas que les idées de sa sœur lui pervertissent l'esprit. Mais je pense que la savoir en bas et assister à son retour devront être une leçon suffisante pour lui.

La douleur est insupportable. Mais la peur pour sa sœur là-bas est plus violente que tout. Alors il sert les dents, se bouffe la lèvre jusqu'au sang et laisse des larmes froides lui couler sur les joues, alors qu'on entaille ses ailes. Il ne pourra plus jamais vraiment voler, seulement planer qu'ils disent. Ou alors ce sera douloureux qu'ils pensent. Il ne les entend pas. Son cœur bat dans ses oreilles, il a les yeux bloqués sur l'endroit où a disparu sa sœur. Pourquoi. Il ne comprend pas. Elle a voulu s'enfuir. Il ne connaissait même pas ce mot. Mais il est terrorisé pour elle, parce que les hybrides qui reviennent ne sont plus que l'ombre d'eux-même. Et qu'Esther est beaucoup trop forte, trop belle, trop lumineuse pour s'éteindre là-bas. Pourquoi a-t-elle voulu partir ? Merde. Il ne saisit pas.


- Occupe-toi du linge.
- Bien Madame.
- Et n'oublie pas d'aller cherchez des œufs chez les voisins. Je rentre pas trop tard, passe récupérer mon fils chez sa nourrice avant la fin d'après-midi. Pas de bêtise, à ce soir.
- Bien Madame, passez une bonne journée Madame.

C'est bientôt la fin de son apprentissage. Il n'a pas encore dix-huit ans, mais son éducation est faite. Alors il loge chez Madame, pour vérifier si tout va bien, s'il sait tenir une maison, répondre aux besoins de sa Maîtresse. Et si tout est correct, s'il ne commet pas de faute grave, alors il sera mis en vente dès son prochain anniversaire. En attendant, il fait ce qu'on lui a dit de faire, profite de la vie plus calme que celle du Centre et de son programme minuté. Il n'a pas eu de nouvelle d'Esther depuis quelques années maintenant et, quand il se surprend à penser à elle malgré l'interdiction formelle de la mentionner, il espère qu'elle va bien.
Les courses faites, Prisme s'étend sur la banquette moelleuse du salon et feuillette un livre. Il ne comprend pas les symboles qui le macule, ne sait pas lire, mais les illustrations sont belles alors ça l'occupe. Puis lorsqu'il a fini, c'est l'heure pour lui de sortir récupérer le gamin, un enfant assez vif qui lui demande pas mal d'attention. C'est que c'est pas reposant les machins à cet âge. Vivement la fin, les enfants, très peu pour lui.


- Alors p'tit merdeux, on stresse ?
- Pas vraiment chaton, mais tu vas me manquer t’inquiètes.
- Putain, pas toi crois-moi. Apprends à fermer ta jolie gueule, t'auras plus de chances dans la vie.
- Merci du conseil P'titMachin. J'peux te faire un bisou avant d'y aller ?
- Dégage.

Un éclat de rire, un signe de main. L'autre l'ignore royalement, et Prisme quitte l'endroit qui l'a vu grandir. Il n'est pas inquiet, n'a pas peur. Espère seulement trouver un peu d’intérêt dans sa futur vie. Chose faite. Il devient la propriété d'une vieille femme, tenancière du bordel le plus prisé de l'époque. Le truc improbable, mais il s'y plaît bien.


- T'as une bouche à queue toi. Mais j'ai pas besoin d'un p'tit branleur de plus. Ils disent que tu sais te battre ?
- Yep M'dame.
-  C'est « Oui Madame Iseult » ou un coup dans les couilles, ok gamin ?
- … Oui Madame Iseult.
-  Bien, j'aime bien ta gueule et t'as un ptit sourire de con qui m'plait. Bon, j't'explique le topo. J'ai pas les moyens ni les droits nécessaires pour avoir un vrai gus avec une vraie formation de combat. Mais j'ai pas assez de monde pour défendre mes filles et mes garçons si besoin. Alors comme j'ai mon vieux chien qui garde l'entrée, faut quelqu'un pour faire le garde là-d'dans. Et alterner avec le Cleb'. Deal ?
- Oui M'dame Iseult.

Les premiers jours sont étranges. Puis il prend le pli. Dès qu'il y a du grabuge, dès qu'on tente d'entrer sans invitation, il se fait une joie de remettre tout le beau monde à sa place. Ça pue le sexe, il ne voit plus vraiment la lumière du jour. Pas si grave pour une créature de la nuit comme lui. Alors il profite tranquillement de cette vie là. Parfois ça chauffe de trop, il finit au lit à panser quelques blessures deux-trois jours. Parfois ça chauffe différemment, et Dame Iseult accepte qu'il prenne un peu de bon temps avec un de ses Enfants, comme elle les appelle. Il fait toute son éducation sexuelle en un temps record, ce n'est pas l'initiation qu'il a reçu jadis qui l'avait préparé à ça. Ça le fait bien marrer quand il y repense, lorsqu'il s’endort paisiblement au petit jour, les oreilles encore pleines des gémissements perçus toutes la nuit.


- Navré M'sieur, vous ne pouvez pas entrer.
- Oh vraiment ? Parce qu'une créature de ton genre décide de qui rentre peut-être ?
- Nop, mais si M'sieur n'est pas invité, je ne peux pas le faire entrer. Après, contre une p'tite pipe j'peux y réfléchir hein.
- Putain mais tu te prends pour qui ptit con ?!
- Oulala M'sieur, faut pas s'énerver hein. J'plaisante, même si vous aviez vraiment fini à genoux devant moi j'aurais pas pu vous laissez passer... Ça ne sert à rien de me frapper, vous êtes sur la liste des indésirables pour ce genre de comportement. Décision de Dame Iseult, si c'est pas clair j'peux vous aider à faire passer la lumière.

Il a déjà sa pommette qui vire au bleu, le premier coup de l'humain ayant été assez fort. Et comme il n'a pas l'air de ce calmer, Prisme va se faire une joie de l'écarter de l'endroit. La pénombre est son alliée, il pare le coup qui suit, esquive le suivant avec aisance. Et affiche un rictus méprisant lorsqu'il se saisit du bras de l'homme pour le tordre violemment dans son dos. Y a un glapissement étranglé, puis il sent la résistance de l'articulation, perçoit les battements fébriles du cœur trop proche de lui qui panique et pompe. Encore. Plus rapidement alors qu'il force un peu. Ça fait mal, il le sait très bien. Et au vu du genre d'homme à qui il a affaire, il sait que ce type de menace est suffisante. Plus de gueule et de sang-chaud que de réelle violence. Juste un pauvre chaton qui a besoin d'être gentiment recadré. Dommage, il aurait presque voulu rencontrer un peu plus de caractère pour jouer un peu. Il le libère enfin, l'autre part sans demander son reste. Prisme reprend sa place, accueille la cliente qui arrive avec le sourire, lui ouvre la porte en s’effaçant, la referme derrière elle. Et soupire à la nuit.


- ... Prisme ?
-
- Prisme !
- Owh putain Ether c'est toi ? Qu'est-c'que tu fous là ? Par Deana, Esther merde !

La chauve-souris est fébrile, presque tremblant lorsqu'il prend sa sœur dans ses bras, lorsqu'il la sert contre son cœur sans trop y croire. Elle rit faiblement dans son épaule. Il ne veut pas voir ce qu'il perçoit. Ne veut pas voir l'absence de marque entre les deux lignes caractéristiques, ne veut pas voir comment elle détourne déjà le visage, comme si elle savait que c'était une mauvaise idée de venir. Il ne veut pas sentir les odeurs trop différentes qui l'accompagnent, ne veut pas entendre les mots qui vont suivre. Mais il est trop heureux de la revoir enfin pour fuir la rencontre. De toute manière, c'est elle qui fuit rapidement. Lorsqu'elle voit que sa proposition de la rejoindre se prend un mur, lorsqu'elle comprend que son frère est bien trop formaté, bien trop dépendant de cette vie. Incapable d'en imaginer une différente. Au final, ils sont devenus deux inconnus, mais tous deux sont heureux. Heureux de voir que l'autre va bien, heureux de s'être enlacé, heureux de retourner chacun à leur vie. Le reste n'a pas d'importance, ils sont vivants. Il la laisse repartir avec le sourire.


- ...vous comprendrez alors que je souhaite réparation.
- Oui oui, bien sûr je comprends. Mais vous êtes bien certain que...
- Vous mettez ma parole en doute ?
- Non non, bien sûr que non, je vous demande pardon. Je vous le cède pour la fin de la semaine, en compensation pour les dommages ?
- Ce sera parfait. A très vite alors. Toi... Suis moi.

Des conneries. Prisme s'est tu pendant toute la conversation pour ne pas mettre Dame Iseult dans une situation pire que celle là. Mais l'autre con, il a tout inventé. S'est démerdé pour se voir offrir un hybride. Non il ne l'avait pas attaqué, ne s'en était pris ni à lui ni à son esclave. Il faisait juste sa ronde, avait entendu un bordel anormal dans une des chambres et avait frappé à la porte. C'était tout. Il n'avait rien à voir avec la blessure de l'autre hybride, un pauvre renard pitoyable, ni avec les fringues déchirées du Maître. Mais s'il s'était défendu, ça serait retombé sur Dame Iseult. Et elle ne peut pas se le permettre. Parce que la Maison ne fonctionne plus aussi bien ces derniers temps, que l'argent ne rentre plus si facilement, qu'ils ont déjà quelques casseroles au cul. Alors quand le noble l'a menacée d'en parler autour de lui, Dame Iseult a courbé l'échine. Prisme a fait de même. Mais il ne supporte pas ce qu'il sent, son instinct le démange. Il n'arrive pas à faire taire la peur qui grogne au fond de son ventre. Sauf qu'il se la ferme, parce que rien dans cette histoire ne sent bon. Parce qu'envenimer les choses n'aidera pas.


- Comment va-t-il ?
- Pas très bien. Pour l'instant il dort, il va avoir besoin de plusieurs semaines pour récupérer complètement....
- Bien... Prenez soin de lui, j'ai à faire.

Il y a la voix de Dame Iseult qui s'éloigne, l'odeur de l'hybride qui partage sa chambre qui reste près de lui. Retour à la maison. Il pense reconnaître le parfum de la Dicna autour de lui, puis Prisme disparaît à nouveau dans les brumes de son cerveau. Repos sans rêve. Il est rentré. En sécurité. Oublie ce qu'il s'est passé, oublie ce qu'il a vécu. Oublie chaque marque trop profonde gravée en lui, oublie la douleur qui broie ses os à chaque respiration. Et celle qui torpille tout son corps, qu'il ressent bien trop profondément. Tout cela disparaît dans l'inconscience qui le happe. Son esprit efface, pour le moment, tous les sévices qu'il a subi. Il n'était pas prêt, n'a jamais été confronté à ça. La cruauté de l'Humain. Toute l'horreur que peut contenir l'esprit d'un Homme. Personne ne lui avait dit, il n'avait jamais envisagé. Ce n'est pas concevable. Esprit tordu, âme ravagée. Il ne veut plus. C'était juste un aperçu de l'étendue de la perversité malsaine d'un être. Et il prendra du temps pour s'en remettre, pour traiter tout ça. Ne reviendra pas là dessus, n'en parlera pas. Doucement, chaque jour, on le soignera, prendra soin de lui. Il guérira avec le temps, ses blessures physiques comme mentales. En sortira un peu plus cynique, un peu plus sombre qu'avant. Moins léger, mais sans changer totalement son comportement. C'est subtile, ceux qui le connaissent bien ont saisi la différence. Rien n'est dit, tout le monde se soutient, tout le monde le soutient. La Maison est une famille. Bancale, étrange. Sa Famille.


-  Bien. Si je vous ai tous réuni, c'est que l'annonce que je dois vous faire est importante. Comme vous le savez, notre Maison ne fonctionne plus très bien. Et je pense la fermer à la fin de l'année... Je sais, ça me fend le cœur, mais nous sommes trop endettés et je ne peux plus subvenir aux besoins de chacun. Il y a plusieurs alternatives pour vous, aucune n'est idéale mais il faut que je vous les propose. Pour celles et ceux qui ont un client régulier qui les intéresse, passez me voir après que je prenne son nom. La Maison le contactera et lui demandera s'il serait intéressé pour vous acquérir, sachant que nous braderons les prix. Pour ceux qui veulent tenter une vie différente, nous vous revendrons au marché directement. Je trouve les ventes aux enchères dégueulasses, mais si les prix s'envolent ce serait intéressant pour la Maison... Sur base du volontariat. La dernière solution... Faut qu'j''en parle au propriétaire du Bacchanale. Non, ne grognez pas. L'idée serait de replacer dans son établissement ceux qui le souhaitent... si lui est partant pour racheter certains d'entre vous...

L'annonce est sombre et sonne le glas de leur petite vie tranquille. Ils savaient que cela risquait d'arriver, mais peu l'espérait. Déjà certains hybrides avaient été revendus les mois précédents, bien que chacun ait voulu croire à une mauvaise passe et non y voir le déclin définitif de la Maison.
Alors que le discours se finit, que chacun murmure ou entreprend d'organiser son futur départ, Prisme suit des yeux le visage las de Dame Iseult. Toute la vieillesse de la femme se lit maintenant dans son regard, dans ses traits tirés par la fatigue. Elle qui semblait déjouer l'emprise du temps, vient d'un seul coup de faire rappeler son âge avancé. Un peu en retrait, près de Cleb qui ne dit mot non plus, Prisme attend. Il n'a pas d'avis sur la question, ne sait pas si le choix lui revient. Il sait juste qu'il apprécie beaucoup Iseult et que ça le fait chier de la quitter comme ça. Il leur reste quelques mois pour s'organiser, cela dit. Quelques mois pour envisager la suite. Il ferme les yeux, les bras croisés sur le torse, et écoute les bruits qui l'entourent. Se fond dedans, s'oublie et se perd. Attend que la nuit tombe pour reprendre ses rondes. Comme si rien ne va changer.


Mais les choses changent. Au final, Prisme fait parti du groupe d'hybrides rachetés par le Bacchanale et si sur le papier son boulot est le même, c'est relativement différent. Plus grand, plus riche, plus éblouissant. Il se serait presque senti petit, pas à sa place en arrivant, avec son maigre sac et le souvenir des embrassades d'adieux avec Iseult. Il espère qu'elle finira en paix, que ce petit bout de femme ne souffrira pas de la fin de sa vie. Et maintenant c'est à lui, de prendre son souffle, de reprendre pied. Reprendre ses marques dans cette nouvelle vie. Toujours pas de Maître direct, mais cela ne lui déplait pas. Il préfère ça, au vu de sa seule expérience en tant qu'exclave d'un humain. Comme s'il a le choix de toute manière.
PSEUDO: Prisme ira bien.
ÂGE: 23 ans.
COMMENT AVEZ-VOUS CONNU LE FORUM? Top-site.
QUELQUE CHOSE À NOUS DIRE? Du love les gens !
Revenir en haut Aller en bas
Prisme
ESCLAVE ♂
avatar
Fiche : Présentation
Liens + rp
Esclave : au Bacchanale
Points d'influence : 13
Sam 10 Nov - 21:28
Une chauve-souriiiiis!!!
Bienvenue! Very Happy

Fais-nous signe lorsque ta fiche sera terminée! N'hésite pas non plus à passer sur le Discord du forum, tu en as reçu le lien d'accès par MP.
De plus si tu as des questions, n'hésite pas! Very Happy



 
“Qui ne s’est jamais laissé enchaîner


Ne saura jamais ce qu’est la liberté.”
 

▲ Je parle en #B4045F
Revenir en haut Aller en bas
Hedda A. Citlali
REINE DE REOSE // FONDA
avatar
Fiche : Ici
Esclave : Primerose
Points d'influence : 338
Sam 10 Nov - 22:05
La bienvenue à toi! : ) Amuse toi bien parmi nous~



Paroles en #936ca5 ~ Pensées en italique
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Fiche : Plus dark-Sasuke que jamais!
Garde-Mémoire
Esclave : Harper
Points d'influence : 65
Dim 11 Nov - 0:51
Bienvenue monsieur chauve-souris !
Bonne continuation pour ta fiche, ton personnage a l'air cool d'avance ! J'aime beaucoup ton style d'écriture !


Revenir en haut Aller en bas
avatar
Fiche : WWW
Maître : Sir Marcus Vivrègne
Points d'influence : 59
Dim 11 Nov - 1:44
Merci beaucoup à vous trois pour l'accueil, c'est adorable ♥️
Je prend note Hedda, merci !


J'avance petit à petit pour ma fiche, encore une partie de l'histoire à rédiger et une relecture/correction complete à faire, je vous tiens au courant.


Encore merci !


Revenir en haut Aller en bas
Prisme
ESCLAVE ♂
avatar
Fiche : Présentation
Liens + rp
Esclave : au Bacchanale
Points d'influence : 13
Dim 11 Nov - 21:37
Pardon du double post
Je pense avoir fini !


Revenir en haut Aller en bas
Prisme
ESCLAVE ♂
avatar
Fiche : Présentation
Liens + rp
Esclave : au Bacchanale
Points d'influence : 13
Dim 11 Nov - 21:59
Wow! La fiche est superbe. Ton style est terriblement agréable à lire et j'ai pris beaucoup de plaisir à découvrir Prisme! Bien heureuse de savoir qu'il ira rejoindre Ellys et Milan au Bacchanale! Very Happy

Validé !

Bienvenue sur le forum

Tu peux dès à présent commencer à faire du rp partout sur le forum. En cas de question ou de problème, tu peux contacter n'importe quel membre du staff.

Tu peux recenser ton avatar ici

Tu peux aller recenser le métier de ton personnage (uniquement Humains et Rebelles) ici

En cas de multi-compte, n'oublie pas de le recenserici

Tu peux faire une demande d'habitation pour Stell, Kiana ou Hybii.

Le formulaire de demande de Maître(sse)/Esclave/Rp c'est ici

N'oublie pas de remplir ton profil et de remplir le champ de Double-Compte si besoin.

Et si tu en as envie, tu peux aller lire cecic'est de la documentation facultative sur l'univers de Reose. Ça a été mis en place pour facilité le rp, mais rien ne t'oblige à tout lire non plus.

Awful pour Epicode
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Points d'influence : 326
Dim 11 Nov - 21:59
Bienvenue mon nouvel esclave employé ! Very Happy


Revenir en haut Aller en bas
Milan Delacroix
Le Bacchus Sadique
avatar
Fiche : Presentation
Wanna be my slave?
RP with me?
Diary
Job
Maître : //
Esclave : Angy ; Nikita
Points d'influence : 128
Dim 11 Nov - 22:29
Merci beaucoup à vous deux ♥️


Revenir en haut Aller en bas
Prisme
ESCLAVE ♂
avatar
Fiche : Présentation
Liens + rp
Esclave : au Bacchanale
Points d'influence : 13
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé
Contenu sponsorisé
Contenu sponsorisé
Page 1 sur 1

Sauter vers :