▲ AVERTISSEMENT ▲

Forum +18, H / Y / Y autorisé,
Maître-Esclave, Dystopie,
Guerre de Domination
Médiéval-Post-Apo.

Vous pouvez scroller la barre latérale en utilisant les flèches directionnelles ou la molette de la souris.

Top sites

Partenaires

Les statistiques

Nous avons besoin de Rebelles prêts à se battre pour leur Liberté!
10 humains ♂7 humaines ♀
8 esclaves ♂11 esclaves ♀
2 libres ♂6 libres ♀

Les Rumeurs

Un nouveau roi?

Le Roi aurait disparu! Est-il mort? Les Rebelles ont-ils mis la main dessus? La Reine Hedda chercherait un nouveau prétendant...
Lire plus

Event en cours

Le grand événement de la mer des lumières approche! Tout le monde se prépare pour y participer à sa façon.
Lire plus

à adopter !

Petites annonces

jj/mm/aaaa — ANNONCE
jj/mm/aaaa — ANNONCE
©️linus pour Epicode
En bref



 

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

Amira Ratnaraj

 :: La Base :: Registre :: Humains validés
Mer 7 Nov - 19:19


Amira Ratnaraj


Be the Phoenix


âge : 25 ans
sexe : Féminin
orientation sexuelle : Bisexuelle
métier : Amira est à la tête d'un empire marchand et est récemment devenue conseillère royale.
Niveau de vie : Elle ne fait pas étalage de sa richesse mais on la soupçonne d'être l'une des femmes les plus fortunées de Reose.
Signes distinctifs
Des cheveux de feu. C'est sans aucun doute ce qui la distingue dans la foule. Du rose violacé au pourpre rubis en passant par l'orange des flammes, vous trouverez une palette de couleurs assez troublantes dans la chevelure ondulée suivant la lumière qui la fait s'embraser.

Santé générale
"Ce n'est qu'une humaine"; elle tombe malade et se blesse de temps à autre, elle n'est pas invincible et ne jouit pas d'une constitution exceptionnelle. Elle sait cependant garder le sourire, que la nature lui soit favorable ou non, sa résistance à la douleur est sans doute supérieure à la normale. Elle garde quelques séquelles de sa jeunesse dans les rues, dont une certaine fragilité au niveau de son bras gauche, résultat d'une fracture qui ne s'est jamais correctement ressoudée.

Physique
"C'est un joli brin d'femme. Pour sûr qu'on peut pas la confondre avec une autre, avec une tignasse pareille. J'saurais pas vous dire moi, si c'est du rouge, du rose, du roux si vous voulez. C'est plus d'mon âge vous voyez mais, elle fera d'beaux ptiots. Des hanches comme ça, ça trompe pas, j'ai encore l'oeil pour c'genre de choses !"

Témoignage d'un vieil homme, borgne et certainement d'humeur taquine.

"Ratna Raj ? C'est pas vraiment de son physique que je voudrais vous parler mais enfin.. La beauté c'est une affaire de goût. On ne peut pas plaire à tout le monde. Je ne la trouve pas d'une beauté renversante. Elle a des atouts bien sûr, l'originalité de la pigmentation de ses cheveux et de ses yeux, elle est mignonne mais ce n'est pas une gravure de mode. Non, ce n'est pas dans son physique que vous trouverez le plus de merveilles. .. Ma foi je dois tout de même avouer, que si ce n'est pas une des plus belles femmes que je connaisse, c'est sans doute l'une des plus charismatiques. Elle a cette présence, cette assurance qu'on les gens passionnés, presque magnétique. On a envie de l'écouter et de la suivre qu'importe l'ambition qui embrase ses prunelles améthystes."

Témoignage d'une jeune noble de Stell, un index sur le menton, pensive tout à coup.

"Oh je peux vous en dire beaucoup sur son physique évidemment.. Mais n'allez pas croire que je vais le faire ! Enfin je peux toujours vous la décrire comme si vous ne l'aviez jamais vu. [...] Vraiment ? Vous interrogez la moitié de Stell sur une femme que vous n'avez jamais rencontré ! Je ne sais pas si c'est du génie ou une perte de temps énorme.. enfin, je veux bien jouer le jeu. C'est une jeune femme, à la chevelure de feu et aux yeux d'un joli violet. Elle est assez grande, un mètre soixante-et-onze très exactement. Elle a de jolies épaules arrondies et des proportions très harmonieuses. Elle ne me demande que des vêtements très communs, jamais rien de luxueux, elle veut que cela soit confortable et pratique, l'élégance est un bonus, bienvenu mais pas primordial. Ce que beaucoup ne savent pas, c'est qu'elle a une très bonne condition physique. Oh elle ne le montre pas et son physique n'en porte pas la marque mais, je pense qu'elle vous battrait au bras de fer.."

Témoignage d'une couturière du Rubis Ardent qui ne vous en dira pas plus sur ses mensurations.

"La petite Soor vous voulez-dire ? Ahh oui, oui bien sûr, Amira. Ne me regardez pas comme ça jeune homme ! Ce n'est pas parce que j'ai les cheveux blancs que je perds la tête ! Bon.. So.. Amira. Une brave petite. Ca n'a pas été facile tous les jours.. comme pour tous les gamins d'son âge qui se retrouvent à la rue. Elle avait une grande chevelure avant vous savez ? Une vraie crinière de lion. Le soleil s'y perdait. Ahh.. un petit soleil que c'te gamine là. Elle s'est attiré des ennuies une paire de fois, ça.. Mais elle aimait vraiment son quartier. Aujourd'hui c'est une femme importante vous savez.. oui forcément vous savez sinon vous seriez pas là à me poser vos questions.. Elle revient quand même nous voir, à l'hospice, un trésor c'te ptiote. Allez pas raconter des bêtises dans vot' papier hein !"

Témoignage d'une vieille dame, la larme à l'oeil vous pointant d'un doigt accusateur.

Caractère

"Une insupportable peste.. Ahem.. Vous figurez pas que j'apprécie la donzelle ! Tout le monde va vous cajoler en la brossant dans l'sens du poils mais regardez un peu autour de vous ! Mon commerce est au plus mal ! Plus personne ne vient dans ma boutique, ils vont tous au Rubis Ardent ou se font livrer par le "Phoenix Rouge", ces noms à la noix me refilent la nausée ! Vous savez le pire ? C'est que la garce est venue ici ! Dans ma propre boutique ! Là comme une fleur elle m'a proposé les "services" du Phoenix ! Si il y avait pas eut son chien de garde, je lui en aurai collé une sévère croyez moi !"

Témoignage du propriétaire de la boutique de vêtement "Olter et fils", visiblement remonté et prêt à en découvre.

"Une bénédiction ! Hé bien, pourquoi vous me regardez comme ça ? Quelqu'un vous aurait dit le contraire ? [...] Oh cette vielle bique d'Olter ! Ca ne m'étonne pas vraiment. Il est persuadé que notre Ratna Raj lui fait de l'ombre, voir qu'elle fait colporter des rumeurs sur lui. La réalité est bien plus simple, Olter et fils vendent des vêtements de moyenne qualité au prix du luxe, le Rubis Ardent vend toutes sortes de denrées dont des vêtements de qualité moyenne à un prix abordable. Cela associé au fait que vous êtes toujours reçu aimablement au Rubis Ardent et que le vieil Olter ne fait que se plaindre.. Puis il y a le service de livraison. Amira est venu ici aussi, me proposer de m'associer au Phoenix et j'ai accepté. Au début j'ai eu un peu peur de me lancer mais aujourd'hui j'ai des commandes de tout Reose et mes affaires ne se sont jamais aussi bien portée !"

Témoignage de la propriétaire de la boutique de bijoux "Fils d'or", souriante et ravie de vous en dire davantage sur sa collaboration.

"Bénie soit-elle par Kierain et Deana ! Il n'y a jamais eut autant d'emplois à Stell et jamais aussi peu de démunis dans la rue. Vous avez croisé des enfants qui faisaient la manche en arrivant jusqu'ici ? Non, parce que notre Ratna Raj les remet à l'école ! Elle leur donne un toit et à manger, jusqu'à leur quinze ans. Vous imaginez ?! Toute la population instruite et éduquée, y a-t-il plus grande nation que la nôtre ?"

Témoignage d'un employé du Phoenix Rouge, totalement conquit par son employeuse.

"Jamais vu par ici. Je connais bien de nom hein.. Ratnaraj qu'on l'appelle. Elle nous a pas proposé de marché mais bon, c'est pas de la marchandise comme les autres qu'on propose faut dire. On peut bien vous emballer votre lot et vous l'envoyer par Phoenix on garantis pas la fraicheur à l'arrivée hein ! Ahahah !"

Témoignage d'un vendeur d'esclaves, qui se trouve visiblement hilarant.

"Elle a réussi l'exploit de devenir l'une des femmes les plus riches et influentes de Reose et surtout de Stell, en l'espace d'une dizaine d'années et sans nom de famille. C'est une gamine des rues qui aujourd'hui est devenue conseillère royale. Est-ce que vous comprenez ce qu'elle représente ? C'est la preuve vivante que notre système méritocratique fonctionne. Elle est un exemple à suivre pour les classes les plus basses et un danger grandissant pour les vieilles familles qui ne comptent que sur l'influence de leurs noms. C'est une jeune femme extrêmement ambitieuse qui a déjà prouvé qu'elle savait se doter des moyens nécessaires pour atteindre ses objectifs."

Témoignage de Leandro Del Alegria, jeune noble de Stell, il replace ses cheveux déjà impeccables et vous adresse un sourire éblouissant.

"C'est une femme d'affaire, on peut difficilement passer à côté de cette information. C'est aussi une femme de coeur, elle a fait énormément de choses pour les personnes démunies de Stell. C'est une femme d'ambition mais aussi de principes. Elle ne supporte pas l'oisiveté, la cruauté et la violence. Je ne crois pas que ce soit une grande croyante, envers les Dieux en tout cas. Elle croit en la capacité de chaque individu à s'améliorer et en l'équilibre de toute choses. Elle vous dira qu'elle ne donne rien gratuitement car ce n'est pas ainsi que les choses fonctionnent ici bas. Pourtant.. je crois qu'elle offre au monde une lumière précieuse, un joyau d'espoir qu'on ne saurait acheter. Ce n'est pas pour rien qu'on l'appelle Ratna Raj. [...] Vous ne savez pas ce que cela signifie.. Vous saurez, dès que vous l'aurez rencontré."

Témoignage d'un homme encapuchonné qui se dit être un ami proche d'Amira Ratnaraj.


Histoire

- Amira Ratnaraj, enchantée, je vous en prie asseyez-vous, prenez vos aises. Je suis ravie de vous rencontrer enfin, on m'a dit que vous questionniez les habitants de Stell depuis quelques jours déjà. Je me demandais quand vous viendriez jusqu'à moi. Oh ne vous inquiétez pas, je comprend votre démarche et je la trouve même bienvenue.

Elle sourit tout en s'asseyant dans un fauteuil de bonne facture bien qu'usé par endroit, visiblement là depuis quelques années. Elle croise les jambes, lie ses mains et vous adresse un regard perçant. Vous avez toute son attention. Votre gorge s’assèche un peu, il est rare de rencontrer des personnes influentes qui ne cherchent pas à détourner l'attention dès qu'ils se retrouvent face à quelqu'un qui cherche à fouiller dans leur vie. Il est temps pourtant, de poser ces questions auxquelles elle seule saura répondre.

- Mon enfance.. hm.. On a déjà du vous dire que j'ai grandi dans la rue. Je ne souhaiterai évidemment pas une telle enfance à qui que ce soit mais, je ne saurais trop m’apitoyer sur moi-même non plus. C'est parce que j'ai grandi dans la rue avec ses habitants, sa misère et ses problèmes, que je suis devenue la femme que je suis aujourd'hui.

~

Les pavés sont humides, leurs vêtements rapiécés et détrempés, ils grelottent sous la pluie. Leurs petites mains se tendent, paumes vers le ciel, ils ne recevront que les larmes des Dieux. Cela n'apaisera pas leur faim. Cela ne leur donnera pas un toit. Ils sont cinq, silhouettes malingres encapuchonnées, le plus grand ne fait pas plus d'un mètre vingt. Ils se serrent les uns contre les autres pour se tenir chaud, autant qu'ils le peuvent. Des adultes passent régulièrement devant eux, rares sont ceux qui leur adressent un regard, plus rares encore ceux qui leur jettent une pièce. Ils marchent vite pour les éviter ou parce qu'ils sont occupés. Trop occupés pour voir la misère au bord du chemin.

De longues heures ils restent ainsi, à tendre la main vers une générosité si précieuse que tous préfèrent la garder. Puis, lorsque la nuit tombe, que les températures chutent, ils partent, ils quittent la rue pour rejoindre l'obscurité des ruelles perdues. Ils trouvent de quoi se nourrir et se couvrir dans les poubelles sur leur chemin, certains poussent jusqu'aux beaux quartiers, tous se retrouvent dans une impasse couverte par les toits des maisons alentours. Ils se couvrent comme ils peuvent, trouvent de quoi s'isoler du sol glacé et là, ils essaient de trouver les bras réconfortants d'un sommeil qui ne sera en rien réparateur.

La gamine aux cheveux rouges, ce sont eux qui l'ont recueillit, eux qui l'ont nourrit et eux qui lui ont donné un nom. Elle savait à peine parlé et ils pensaient bien qu'un jour, ils devraient l'emmener à l’hôpital, que si petite, elle ne survivrait pas à l'hiver de la rue. Pourtant, elle tenait bon. Elle n'avait qu'eux. Comme eux tous. Alors c'était devenu une soeur. Soor. C'était son nom. Soor cela signifiait Soleil et c'était tout prédestiné.

Avec ses cheveux de feu et son rire joyeux, ils la faisaient danser en chantant pour elle, cela attirait la sympathie des passants et ils gagnaient plus. Mais ça.. c'était quand il faisait beau.

Avec eux, elle apprit à parler et même des rudiments d'écriture. Certains parmi eux avait été à l'école pendant quelques temps. Moar était le plus âgé, il avait onze ans et il avait été à l'école pendant deux ans, jusqu'à ce que son beau père se pende à une corde dans le salon, incapable de subvenir aux besoins de sa famille. Sa mère était morte en couche, il n'avait jamais connu son véritable père. Avec lui, il y avait sa petite soeur Isabelle, un temps il y avait eu un petit frère aussi.. Ils avaient cru pouvoir s'occuper de lui. Mais lorsqu'ils avaient du partir de la maison qu'ils louaient, le petit être ne résista pas aux nuits glaciales.

Il y avait aussi Ren et Alina, des amoureux d'à peine dix ans qui avaient fui leurs familles vivant à la campagne. Battus, abusés, traités pire que des hybrides, ils avaient fugués avec toute la nourriture qu'ils avaient pu emporter. Difficile de savoir s'ils avaient espoir qu'en gagnant la ville, ils trouveraient de quoi subvenir à leurs besoins. Ils avaient bien vite réalisé que rien ne serait facile dans les rues mais, ils préféraient risqué mourir de froid ou de faim ici, plutôt que de retourner d'où ils venaient.

Au bout d'un certain temps, ils finirent par attirer l'attention d'adultes. Pas celle des passants qui préféraient toujours marcher vite et s'éloigner d'eux. Celle des adultes qui vivent dans l'ombre de la rue. Ils gagnèrent un endroit où vivre. Une vieille maison squattée par différents types d'individus. En échange de ce toit, ils allaient devoir travailler. Certains, dont Ren et Isabelle, avaient déjà quelques compétences en vol à la tire, d'autres, les plus grands, comme Moar furent "employés" comme petites frappes. Ils revenaient souvent couverts de bleus. Soor elle n'était pas spécialement douée pour le vol, pas assez forte pour le reste, elle était rapide cependant et ayant grandit dans les rues de Stell, elle en connaissait les moindres recoins. Elle devint coursière tout comme Alina.

On les envoyait à travers la ville, transporter des enveloppes et parfois des bourses de pièces. Elles ne se risquèrent jamais à piocher quelques pièces. On les avait prévenu qu'elles y perdraient des doigts et que si elles décidaient de simplement disparaitre avec l'argent, ce serait leurs petits camarades qui trinqueraient.

Ce n'était pas une vie de rêve mais au moins ils avaient un toit et de quoi se nourrir. Les choses allaient cependant rapidement se dégrader. La santé d'Alina se détériorait, elle était triste et Ren devenait de plus en plus sombre. Il n'était plus voleur à la tire, il avait rejoint les petites escouades dont faisait parti Moar. Il était devenu violent et colérique. Moar lui était bientôt en âge de trouver un vrai travail. Soor et Isabelle qui avait a peu prêt le même âge devaient avoir huit ou neuf ans. Elles n'étaient plus vraiment des petites filles maintenant, elles comprenaient la précarité de leur situation et à quel point ils avaient besoin de resté souder, de prendre soin les uns des autres.

Soor essayait de passer du temps avec Alina mais, elle devait aussi la remplacer pour les courses qu'elle ne pouvait pas faire. Finalement, elle était plus souvent dehors à courir dans tous les sens qu'au bien mal surnommé "refuge". Puis il y eut une course.. différente. On ne lui donna aucune lettre à porter, elle devait simplement se rendre à une certaine maison. C'était une des courses que faisait habituellement Alina. Elle toqua deux fois à la porte, comme c'était convenu. Mais lorsque la porte s'ouvrit, on l'invita à entrer. D'habitude on lui donnait simplement le courrier à transporter puis elle filait. Surprise et légèrement intimidée, elle était entrée.

En l'espace de quelques secondes, elle comprit deux choses très importantes. Il n'y eut ni lait chaud, ni bonbons, avant qu'on ne lui demanda de se déshabiller. Choquée pendant un instant elle comprit brutalement pourquoi Alina était devenue triste et malade.. Cette "course".. Combien de fois avait-elle du la faire ? Elle en avait la nausée. Mais elle n'aurait pas le temps de régurgiter son faible diner sur le peignoir de l'homme qui l'avait agrippé par les cheveux. Une crinière rougeoyante qu'elle avait laissé pousser parce qu'on lui avait dit qu'elle était plus jolie avec les cheveux longs...

La panique qui l'avait gagné alors qu'il la trainait vers une autre pièce. Son regard qui se brouillait derrière un rideau de larmes. L'éclat d'une lame.. Sa main qui se referme sur un coupe papier abandonné à côté d'un tas de lettres. Le contact froid dans la paume de sa main.. Elle se souvient de tout avec netteté. Le sentiment qui l'avait alors envahit. La colère, le dégoût, la révolte qui l'avait embrasé. Elle avait tranché d'un seul coup la moitié de ses cheveux, se libérant de l'emprise de l'homme. Elle lui avait fait face et elle avait crié. Comme un lion. Comme un dragon. Elle avait planté la courte lame dans le ventre de l'homme et avait regardé le rouge fleurir sur son peignoir. Puis une porte avait claqué dans une pièce voisine et elle avait couru. Son coeur frappait si fort dans sa poitrine qu'elle avait du mal à trouver sa respiration alors qu'elle fuyait cette maison de malheur.

Elle avait couru jusqu'au refuge, pour y trouver Ren et Alina entrain de pleurer dans les bras l'un de l'autre. "Il faut partir".. leur avait-elle dit.. Ren l'avait frappé. Il était au courant, depuis le début et tout le monde avait compris depuis, sauf elle. Cela faisait plusieurs mois que cela durait. Il voulait tous les buter, disait-il. Mais ils ne pouvaient pas partir.. Soor ne comprenait pas. Elle pleurait en s'agenouillant devant Alina qui hochait négativement de la tête, désespérée et résolue.. Elle était enceinte. Elle ne survivrait pas dehors dans la rue, ni elle, ni son bébé. Ren ne l'abandonnerait pas, il allait grimper les échelons du crime et lui offrir une meilleure vie. Quant à Moar et Isabelle, ils avaient déjà fait le nécessaire, tant que Moar prenait les coups sans broncher, sa petite soeur continuerait à voler et seulement voler. Puis Moar serait bientôt assez grand pour travailler et partir avec sa soeur..

Toujours agenouillée devant Alina qui, malgré la situation, essayait de sourire en lui disant qu'elle ferait mieux de partir, que si elle n'avait pas donné ce qu'il voulait.. elle allait être puni.. Soor était atterrée. C'était donc ainsi ? Ils avaient abdiqué. Elle ne pouvait même pas leur en vouloir, ils avaient choisi le meilleur chemin pour survivre.. Si Moar avait été là il aurait même sans doute voulu la couvrir. Aller arranger les choses avec les adultes.. Il aurait prit des risques pour elle mais, au final, il ne pouvait rien faire.. Il avait déjà une petite soeur à protéger. Soor essuya les larmes sur ses joues et se releva. Sa gorge était trop nouée pour dire quoi que ce soit.. elle ne savait de toute manière pas quoi dire. Elle aurait aimé être plus forte, pour les protéger, pour ne pas avoir à fuir et à les abandonner..


~

- Il y a des monstres qui se cachent dans l'ombre de la ville. Bien pires que ceux qui se cachaient sous votre lit.

Il n'y a plus de larme dans les yeux améthystes mais une rancœur certaine, une férocité qu'elle s'était découverte il y a de cela presque vingt ans et qui ne l'a dès lors plus jamais quitté. Sentant votre désarrois, la jeune femme s'apaise un peu, la tension dans ses épaules s'abaisse alors qu'elle reprend :

- J'ai survécu, avec de petites arnaques principalement. Un léger rire quitte ses lèvres. Rien de bien méchant, j'achetais des rubans pour quelques pièces et je les revendais deux fois leurs prix en m'installant plus prés des quartiers riches. J'ai fais un peu de porte-à-porte aussi. J'ai rapidement compris que certains étaient prêt à payer plus cher pour ne pas avoir à arpenter tout Stell. J'ai commencé à faire de petites livraisons, pour différentes boutiques. Puis Monsieur Evlar a voulu faire de moi son apprentie. Grâce à lui et aux nombreux voyages que nous devions faire à travers Reose pour livrer ses cristaux, j'ai pu beaucoup apprendre du monde. [...] Vous êtes perspicace. C'est vrai, c'est aussi à cette période que j'ai pu mettre quelques sous de côté. Afin de créer le Phoenix Rouge.


~


Elle avait à peine dix-huit ans. Elle avait passé trois ans aux côtés de Edric Elvar, revendeur de cristaux. Il achetait les cristaux en gros, dès qu'une expédition arrivait à se frayer un chemin dans le territoire hybride et à en revenir. Puis ils allaient les vendre aux plus offrants, de Kiana à Stell en passant par tous les petits villages qui fleurissaient sur le continent. C'était un bon marchand et Soor apprit beaucoup à son contact. C'était un homme dur en affaire mais juste, il lui versait toujours un petit salaire pour récompenser son travail.

Elle était rarement à Stell. Pendant ses rares séjours à la capitale, elle prenait des nouvelles de ses amis. Ren et Alina étaient toujours au refuge, ils avaient une petite fille; Atreya, Soor leur envoyait de l'argent dès qu'elle le pouvait mais ils ne se voyaient pas beaucoup. Moar et Isabelle avaient quitté le refuge et logeaient dans les combles d'une armurerie où Moar était devenu apprenti. Eux aussi, n'avaient que peu de nouvelle de Ren, Alina et leur enfant.

Lorsque Soor revint s'installer à Stell et lancer sa petite entreprise de livraison, elle contacta chacun de ses anciens camarades des rues. Moar était armurier il adhéra immédiatement au service de livraison. Isabelle était promise à un jeune homme d'une classe supérieure, elle ne pouvait pas redevenir coursière mais, elle était prête à lui prêter main forte pour tout ce qui était administratif. Elle avait pu aller à l'école, grâce à Moar, elle était douée avec les chiffres. Quant à Ren et Alina, ils avaient disparu depuis deux mois. Personne ne les avait vu et ils étaient parti avec une certaine somme d'argent, aux dernières nouvelles leur fille était tombée malade.

Il fallut plusieurs semaines pour mettre en place les premières livraisons et fidéliser ceux qui faisaient appel aux services du Phoenix Rouge. Au début il ne s'agissait que de livrer des colis sur Stell. Faire le ravitaillement en farine des boulangeries, de matières premières aux couturiers, des herbes médicinales à l’hôpital. Dès les premiers bénéfices fait, Soor investit dans des chevaux et commença à livrer les produits de Stell jusqu'à Kiana. La logistique devint plus compliquée. Il fallait pouvoir entretenir les chevaux et assurer la protection des marchandises. Les bandits n'étaient pas nombreux mais ils existaient. Le risque de perdre des marchandises et surtout des employés était réel.

~

- Évidemment, on m'a présenté cette alternative. Prendre des hybrides esclaves pour protéger les chariots de marchandises. Cela aurait été un gros investissement de départ mais après il n'y avait plus à s'occuper des salaires.. Je n'aimais déjà pas cette idée à l'époque et cela n'a pas changé. Déjà, un esclave a un coût, une valeur marchande, il peut très bien faire partie des marchandises qu'on voudrait voler. Puis il faudrait toujours un humain, voir plusieurs, pour accompagner les hybrides, sinon, qu'est-ce qui les empêcherait de filer sans se retourner ?

Elle secoue la tête, visiblement peu convaincue par l'utilité des esclaves dans son entreprise.

- Mes employés sont pour la plupart des personnes qui étaient en situation précaire, ils connaissent la détresse de la rue et sont reconnaissants d'avoir un emploi décent. Ils sont appliqués et font leur travail avec envie. Pourquoi irais-je les remplacer par des êtres qui ne connaissent rien à ce monde ou s'ils le connaissent, n'ont qu'une envie; le quitter ?

Une nouvelle question émerge alors que vous discutez des hybrides.

- Je ne tolère pas la violence. Celle qu'on inflige aux hybrides ne fait pas exception. Cependant, je ne suis pas hybride et je ne saurais parler en leur nom. Je connais la rue et ce sont les gens de la rue que je veux aider.

L'humanité d'abord. Était-ce un peu égoïste ? Avant de s'occuper des problèmes d'une autre race, d'abord régler les problèmes au sein de l'humanité. Avant de s'occuper de la misère des hybrides, endiguer celle des humains. Amira avait conscience que ce n'était pas une réponse qui plairait à tous. Elle ne plairait pas aux hybrides mais ils avaient sans doute que peu d’intérêt pour ce qu'elle pouvait penser. Elle ne plairait pas non plus aux conservateurs, riches et nobles maisons, soucieux qu'on craigne de dire ouvertement être contre les violences faites aux hybrides. Une question moins politiquement complexe vient égayer la conversation.

- Oui c'est une partie de mon travail qui me rend fière. Offrir les moyens matériels pour que les enfants des rues quittent la rue, aient un toit, de quoi se nourrir et puissent aller à l'école, c'est une de nos plus belles réussites. N'allez pas croire que ce soit de la pure charité cependant. Je ne crois pas à cela. Je ne l'ai que trop vu, trop apprit, il ne faut pas compter sur la générosité des autres, il faut savoir prendre des choix et les assumer. Les enfants que nous recueillons, vont à l'école jusqu'à leur quinze ans, ensuite ils deviennent apprentis, souvent parmi nos collaborateurs. A la fin de leur apprentissage, ils doivent rembourser leur "frais de scolarité", la plupart du temps, ils travaillent pour le Phoenix ou le Rubis, pendant deux ou trois ans. Nous n'avons pas encore beaucoup de recul sur cet "investissement" mais, je pense que tout le monde sera gagnant.

Les enfants qui rejoignaient le programme, car ils étaient libres de refuser, connaissaient les termes du contrat. Aucun, jusque là, n'avait ni refusé, ni poussé la moindre complainte. Ils avaient un toit et à manger. Ils auraient une éducation complète et un avenir assuré. Ils ne voyaient pas le fait de devoir travailler pour rembourser leur scolarité comme une punition mais comme une évidence. Ils se seraient sans doute méfier si on ne leur avait rien demandé en échange. C'était un marché équitable à leurs yeux. Bien plus que de travailler dans la rue pour des adultes malveillants..


~

C'est finalement Ren qui était venu la trouver. Elle avait vingt-et-un ans, le Phoenix Rouge avait gagné le total monopole des livraisons de Stell et bientôt de Kiana. Elle était justement à Kiana pour négocier un contrat qui allait la rendre extrêmement riche dans les années à suivre. Elle voulait faire ses propres excursions vers les terres hostiles et vers la grotte de cristal. Si le Phoenix Rouge parvenait à devenir maître des transports maritimes et des livraisons de cristaux, rien ne serait plus hors d'atteinte de l'ambitieuse jeune femme.

Ren habitait Kiana, c'est là qu'ils avaient fui, avec Alina et leur fille Atreya. Il avait trouvé un petit travail sur le port et pendant un temps, ils avaient été heureux. Puis Atreya était tombée malade, très malade. Ils n'eurent bientôt plus de quoi payer ses soins et ils ne pouvaient pas revenir à Stell, ils devaient de l'argent à des gens qu'il valait mieux ne pas recroiser. Atreya était morte. Alina s'était peu à peu laissé mourir, de chagrin et de désespoir. Ren était devenu alcoolique et il était à nouveau à la rue. Le jour où il vint trouver Soor, il était fou de colère et saoul. Il s'en prit à elle mais, elle n'était plus une petite fille chétive, elle le maitrisa facilement. Il n'était pas en état de lui faire du mal, et finalement, il s'effondra en pleurant.

Ce jour là et toute la nuit qui suivit, ils discutèrent. Évoquant parfois les souvenirs douloureux du passé. Ren était un homme détruit et il en voulait à Soor d'avoir aussi bien réussi alors qu'eux avait fini par se briser. Il lui en voulait aussi d'avoir changé de nom. Pourquoi Amira ? Soor ce n'était plus assez bien ? Avec beaucoup de patience et de tendresse, la jeune femme lui répondit qu'elle voulait les garder auprès d'elle, eux tous, pour toute sa vie, leur offrir la gloire, la réussite, si elle l'atteignait. Elle portait leurs noms. Le A de Alina, M de Moar, I pour Isabelle, R de Ren et enfin A, pour Atreya. Une petite fille qu'elle n'aura jamais connu, une petite fille qu'elle avait échoué à protéger comme elle avait échoué à les protéger Alina et Ren il y a de cela si longtemps.

Ils se séparèrent à l'aube. Ren ne voulu pas rejoindre le Phoenix mais l'amertume qui empoisonnait son esprit s'était un peu dissipée. Il resta sur le port de Kiana alors qu'Amira repartait pour Stell, son contrat maritime en main.

A Stell on lui avait trouvé un surnom; Ratna Raj. Depuis que le Phoenix Rouge avait déployé ses ailes, le travail ne manquait pas et les plus démunis devinrent moins nombreux dans les rues. Il n'y avait plus d'enfant mendiant et la criminalité avait légèrement diminuée.

Elle ouvrit les portes du Rubis Ardent, une boutique unique en son genre à Stell. Elle réunissait des produits de tout Reose et même parfois, des terres hostiles. A la tête d'un véritable empire marchand, Amira envoyait ses propres expéditions vers les territoires hybrides et, étrangement, on n'entendit jamais parlé de rixe avec les hybrides libres.

~

L'interview arrivait à sa fin, il était temps de parler du futur.

- Évidemment j'ai encore des objectifs à atteindre, ils sont nombreux d'ailleurs. En tant que nouvelle conseillère royale déjà, il y a plusieurs projets que j'aimerai porter au regard de la Reine et du Conseil. Avec l'appui de notre gouvernement, je suis certaine que nous pouvons faire de grandes choses pour améliorer la vie du peuple de Reose.

La relation qu'elle entretenait avec la Reine interrogeait souvent les journalistes, ont avait pu les voir se promener ensemble à plusieurs reprises que cela soit avant ou après sa nomination en tant que conseillère. Ce que personne ne savait c'est que leur relation était bien plus vieille que cela. Du temps où elle s'était retrouvée seule à faire ses petites arnaques dans les quartiers riches autour du palais.. Elle avait pu rencontré la petite princesse. Elles avaient sensiblement le même âge et si Soor n'avait pas alors deviné qui était cette jeune fille, elle avait bien compris qu'elle faisait partie de la haute société et qu'elle était une petite fugueuse. A l'époque cela lui paraissait commun bien qu'un peu trop téméraire pour une enfant qui avait tout ce qu'elle voulait.. si ce n'est la liberté.

Elle ne l'avait cependant jamais sermonné. Elles faisaient des affaires ensemble, des bêtises principalement. Soor lui montrait des endroits de la ville que la petite princesse n'aurait jamais été découvrir. La jeune Hedda apprenait différentes choses à l'enfant des rues, des rudiments scolaires aux balbutiements de la bienséance. Soor chérissait les moments passé avec la jeune princesse, la confrontation de leurs deux univers s'avéraient enrichissante autant pour l'une que pour l'autre.

- En tant que femme d'affaire, mon regard se porte sur l'horizon..

Elle sourit, elle n'en dira pas plus mais ses ambitions n'avaient jamais été un secret, elle voulait ouvrir des voies commerciales vers les pays voisins. Son contrat avec le port de Kiana avait aboutit à la création de la compagnie maritime du Phoenix Rouge, le flambant symbole ornait dors et déjà les voiles d'une dizaine de navires. Pour le moment ils ne faisaient que des transports de marchandises entre la grotte de cristal et Kiana mais, clairement, Amira avait d'autres ambitions pour eux.

- En tant que femme.. hm.. Elle pose un index sur son menton, visiblement elle s'amuse de votre question. Nous verrons bien ce que l'avenir réserve.

Son rire illumine la pièce alors qu'elle esquive la question. Elle est en âge de se marier et une alliance avec une famille noble lui apporterait les derniers éléments d'une renommée intouchable. Cela dit, la demoiselle ne s'était pas spécialement rapprochée de la noblesse de Reose pendant son ascension. Elle semblait éviter avec soin de se mêler aux affaires des nobles. Cependant ces derniers n'allaient pas la laisser agir ainsi éternellement. Elle était un pur produit de la méritocratie, elle était désormais aussi riche qu'une ancienne famille noble, son nom de famille lui avait été donné par le peuple qui l'adorait et aujourd'hui elle avait l'oreille de la Reine.. Cette femme était dangereuse et cela ne devenait que plus évident chaque jour passant.

Ce nom de famille qu'elle avait endossé; Ratnaraj.

- Oh, personne ne vous a dit ce que cela signifiait ? A nouveau, elle sourit avec malice. Je veux bien vous donner un indice; cela a rapport à une certaine pierre qui aurait une couleur similaire à ma chevelure. Pour ce que cela signifie réellement aux yeux de ceux qui m'ont nommé ainsi.. Je vous laisserai faire vos propres suggestions.

PSEUDO: Lianne o/
ÂGE: Toujours majeure !
COMMENT AVEZ-VOUS CONNU LE FORUM? DC =3
QUELQUE CHOSE À NOUS DIRE? Toujours aussi ravie d'être des vôtres ! Ce personnage est ambitieux, j'espère ne pas avoir trop joué avec le contexte et que tout est réalisable !
Revenir en haut Aller en bas
Amira Ratnaraj
HUMAINE ♀
avatar
Fiche : L'histoire d'une enfant des rues devenue Ratna Raj
Maître : d'elle-même.
Esclave : 0/2
Points d'influence : 18
Mer 7 Nov - 22:43
Lianne!!!!!
Je me demandais aussi qui était Amira!

Fais-nous signe lorsque ta fiche sera terminée! <3



 
“Qui ne s’est jamais laissé enchaîner


Ne saura jamais ce qu’est la liberté.”
 

▲ Je parle en #B4045F
Revenir en haut Aller en bas
Hedda A. Citlali
REINE DE REOSE // FONDA
avatar
Fiche : Ici
Esclave : Primerose
Points d'influence : 338
Sam 10 Nov - 16:48
Rebienvenue Lianne !
Ton feat est très bien choisi ! J'ai hâte de voir un peu plus en profondeur ce que tu nous propose !


Revenir en haut Aller en bas
avatar
Fiche : WWW
Maître : Sir Marcus Vivrègne
Points d'influence : 59
Mer 14 Nov - 0:07
Merci à vous deux !

J'ai enfin terminée cette fiche ! J'espère que l'ambition ne m'aura pas trop brûlé les doigts ! Au plaisir de faire vivre ce nouveau personnage parmi vous.
Revenir en haut Aller en bas
Amira Ratnaraj
HUMAINE ♀
avatar
Fiche : L'histoire d'une enfant des rues devenue Ratna Raj
Maître : d'elle-même.
Esclave : 0/2
Points d'influence : 18
Mer 14 Nov - 0:30
Cette fiche est absolument superbe! Plaisante à lire d'un bout à l'autre! <3
Rebienvenue!!!

Validé !

Bienvenue sur le forum

Tu peux dès à présent commencer à faire du rp partout sur le forum. En cas de question ou de problème, tu peux contacter n'importe quel membre du staff.

Tu peux recenser ton avatar ici

Tu peux aller recenser le métier de ton personnage (uniquement Humains et Rebelles) ici

En cas de multi-compte, n'oublie pas de le recenserici

Tu peux faire une demande d'habitation pour Stell, Kiana ou Hybii.

Le formulaire de demande de Maître(sse)/Esclave/Rp c'est ici

N'oublie pas de remplir ton profil et de remplir le champ de Double-Compte si besoin.

Et si tu en as envie, tu peux aller lire cecic'est de la documentation facultative sur l'univers de Reose. Ça a été mis en place pour facilité le rp, mais rien ne t'oblige à tout lire non plus.

Awful pour Epicode
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Points d'influence : 326
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé
Contenu sponsorisé
Contenu sponsorisé
Page 1 sur 1

Sauter vers :