▲ AVERTISSEMENT ▲

Forum +18, H / Y / Y autorisé,
Maître-Esclave, Dystopie,
Guerre de Domination
Médiéval-Post-Apo.

Vous pouvez scroller la barre latérale en utilisant les flèches directionnelles ou la molette de la souris.

Top sites

Partenaires

Les statistiques

Nous avons besoin de Rebelles prêts à se battre pour leur Liberté!
6 humains ♂6 humaines ♀
4 esclaves ♂9 esclaves ♀
2 libres ♂8 libres ♀

Les Rumeurs

Un nouveau roi?

Le Roi aurait disparu! Est-il mort? Les Rebelles ont-ils mis la main dessus? La Reine Hedda chercherait un nouveau prétendant...
Lire plus

Event en cours

Le grand événement de la mer des lumières approche! Tout le monde se prépare pour y participer à sa façon.
Lire plus

à adopter !

Petites annonces

jj/mm/aaaa — ANNONCE
jj/mm/aaaa — ANNONCE
©️linus pour Epicode
En bref



 

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

Aman - le poids du passé

 :: La Base :: Registre :: Hybrides validés
Dim 30 Sep - 15:55

Aman Fever

Le monde n'a de réelles limites que celles de l'esprit

âge : 26 ans.
sexe : masculin.
orientation sexuelle: surprenez-le.
métier : aventurier.
race : tire son hybridation du serpent.
Signes distinctifs
La première chose que l'on distingue, c'est sans doute ce large tatouage rouge au bras gauche, et qui tente de recouvrir l'endroit où se trouve le symbole de sa servitude. Alors, choix personnel ou bien mésaventure quelconque ? Eh bien, choix personnel. Bien qu'il se dise libre, il y a bien quelque chose qui entrave encore suffisamment Aman pour qu'il décide de l'encrer dans sa peau ; le poids de sa culpabilité.

Santé générale
Aman est dans un état de santé relativement bon, si on ne compte pas les quelques passages à vides que lui provoque sa condition d'hybride. En effet, il a le sang froid, ce qui le rend sensible aux changements trop brusques de température, et particulièrement à l'hiver. Une trop longue exposition à des températures en dessous de la moyenne pourrait causer une paralysie partielle et un ralentissement global de son organisme amenant tout droit à la mort. À noter qu'en ce moment même, il souffre aussi d'une légère malnutrition.

Physique
Des pommettes saillantes et un visage aussi pâle que l’ivoire, pour un peu, Aman semblerait taillé dans la pierre. Physiquement parlant, il est clair qu'il se distingue de la masse. Primo par la couleur de ses longs cheveux, qu'il ne laisse presque jamais dénoués. Deuzio par les quelques bijoux qu'il porte alors que plus rien ne l'y oblige, et que cela semble assez mal adapté à son mode de vie actuel. Des boucles d'oreilles pendantes, un atour presque désuets pour quelqu'un comme lui. Ses yeux justement, parlons-en. En amande et plutôt grands, ils n'en sont pas moins rendus intimidants par le manque d'émotions qu'on y devine ainsi que par leurs pupilles fendues. Rien ne filtre dans ce regard, comme si tout demeurait enfermé à l'intérieur.
Son corps est ce que l'on pourrait qualifier « d'entretenu » (voir costaud du biscoteau, quoi), mais en réalité il le doit seulement aux conditions de vies assez rudes qu'il a traversé. Si on l'observe avec attention, on réalise facilement qu'il n'a quasiment aucune graisse sur les os, que du muscle.
Aman possède aussi des crochets et sa langue est bifide. Quant à savoir si sa morsure représente un quelconque danger, il prétend l'ignorer.

Caractère
Son tempérament est difficile à cerner, et pour cause : il ne veut pas s'ouvrir aux autres. Dans les faits, Aman était quelqu'un quelqu'un d'assez doux à la base, voir même rêveur, mais ce n'est pas quelque chose qu'il partagera avec le premier venu, car ça lui a déjà coûté. En fait, sa nature d'hybride le rend très instinctif, ce qui lui cause souvent d'apparaître comme une personne brusque. Quand quelqu'un est proche de lui, il ne verbalise que très peu son affection ; en revanche ses gestes seront toujours tournés vers la protection de cette personne. Comme un ancien réflexe, un vestige de son passé. C'est ainsi que s'expriment ses sentiments, par des attitudes somme toutes basiques. S'il est méfiant à votre égard ? Il se tiendra à l'écart autant que possible, demeurera vigilant. S'il vous trouve fragile ? Un peu en recul, il se tiendra prêt à vous soutenir. S'il vous aime ? Ah... mais non, cela, il ne se l'autorise pas.
Il faut aussi prendre en compte que certaines conditions (température, comme évoqué ci-dessus), peuvent rendre ses humeurs instables. S'il se sent en danger il réagira en conséquence, ce qui peut évidemment impliquer des gestes défensifs. Et comme il ne maîtrise pas très bien sa propre force, il y a fort à parier que le résultat ne sera pas forcément joli-joli.

En quelques mots clés : déterminé – abrupte – observateur – attentionné – rancunier – amer – usé – intelligent.


Histoire

Aman est passé entre les mains de nombreux maîtres, tel un objet précieux et convoité. Tous en espéraient quelque chose de différent. Des travaux physiques aux simples jeux de charme, le bleuté a connu un éventail de caractères. Son premier maître, un vieux riche ayant perdu sa femme trop tôt, était curieux d'expérimenter diverses choses liées à ses capacités d'hybride, par des moyens plus ou moins cruels. À quel point était-il souple ? Rapide ? Bon chasseur ? On l'a fait courir jusqu'à ce qu'il ne puisse plus respirer, jeté dans des baquets d'eau glacée et puis dans de l'eau chaude. Puis on l'a soigné pour réitérer la chose. Risquait-il de mourir ? Non, et cela rendait les mauvais traitements encore plus insupportables : rien ne pouvait l'en libérer, pas même l'étreinte fugace de la mort. Plusieurs années sont passées ainsi. Deux, peut-être trois. Et sa situation ne s'améliorait pas, ça non. Faute de pouvoir divertir son maître, il avait été mis au placard, jeté aux oubliettes. Aman ne vit quasiment pas la lumière du jour pendant plusieurs mois, et il commença à dépérir dans l'obscurité de ce qui s'apparentait fortement à une cellule, voir une cage. Après tout, il n'était qu'un hybride, pourquoi le traiter avec égard ? Convaincu qu'il allait passer le restant de ses jours ainsi, il avait fini par se faire une raison.

Pourtant, le jour vint où quelqu'un d'autre se l'appropria.

Maîtresse Mathilda était l'une des femmes les plus ambiguës qu'il ait rencontré. Elle avait ri de son malheur, mais l'avait aussi nourri, et lui avait offert un véritable lit, fait découvrir la douceur des draps de soie, celle de sa poitrine discrète. Il ne savait pas comment la contenter, trop inexpérimenté à l'époque pour tenter plus que des baisers maladroits lorsqu'elle le taquinait sur le sujet. Mathilda était une jeune femme qui ne semblait jamais satisfaite de ce qu'elle avait. Sa chambre était si vaste que l'on aurait dit un salon, et il lui arrivait parfois de piquer de telles colères qu'elle arrachait les longs rideaux de velours de leur tringle pour les jeter par-dessus le balcon. Aman se souvient encore du jour où, pris d'un élan d'empathie pour elle, il avait brisé la règle tacite qui régnait entre eux pour la prendre dans ses bras et apaiser sa colère. Ce jour-là, Mathilda lui avait confié qu'elle n'était mariée à son époux que pour des raisons de jouxte familiale, et qu'elle mourrait d'envie de tout quitter pour aller explorer le monde, découvrir ce qui l'attendait par-delà l'horizon. Elle avait fait le récit de tout ce qu'elle s'imaginait à Aman, lui avait mis des idées en tête.

Quand son mari revint de son long voyage, Aman se fit jeter dehors, et il ne la revit jamais.

S'en suivit une longue période pendant laquelle il eut plusieurs maîtres qui n'avaient rien de bien remarquable, avant qu'il ne soit revendu à un précepteur. À cause de son métier, Aman avait d'abord pensé qu'il l'utiliserait comme sujet d'étude pour ses élèves, ou quelque chose de cet acabit. Mais il ne devint le sujet d'étude de personne. En fait, le précepteur l'avait acquis pour faire de lui le garde du corps de son jeune élève alité, Caspian. Caspian était un petit garçon tout à fait comme les autres, au prime abord, sauf que ses deux jambes ne lui répondaient pas. S'occuper de lui nécessitait donc de le porter où qu'il veuille aller, mais aussi à le protéger de toute nuisance extérieure, car son organisme était faible, sa peau fragile. Le blondinet souffrait d'un mal inconnu qui semblait lui avoir été transmis par sa mère, disparue peu après sa naissance. Son père étant général des armées royales, il avait donc grandi avec pour seul parent son vieux précepteur, un homme sage qui n'avait de cesse de s'inquiéter pour lui. Aman s'était tout de suite pris d'affection pour cet enfant qui demandait seulement à repousser les limites du petit monde qu'il connaissait.

Caspian installé dans ses bras et le précepteur Némus à leur côté, ils faisaient tous trois de longues promenades au bord de la rivière la plus proche, quand le soleil ne tapait pas trop fort. Tandis qu'ils marchaient, le vieil homme ne ratait pas une occasion de dispenser son savoir à Capsian, mais aussi à Aman, qui l'écoutait d'une oreille attentive. Némus avait tendance à le considérer également comme un enfant, et ce n'était pas tout à fait à tort. Si Aman entrait dans l'âge adulte, sa connaissance était très limitée, quasi-primaire. On l'avait soigneusement tenu à l'écart de toute forme d'éducation, de l'écriture et des livres. Bien souvent les seuls mots qu'on lui avait adressés constituaient des ordres. Tout ceci était donc nouveau pour lui. Avec l'aide de Némus, il commença à apprendre la formation des lettres, un vocabulaire plus riche. Son statut d'hybride n'était qu'un détail pour le vieux maître, et tant qu'il protégeait Caspian, Aman serait bien traité.

Mais quel était donc le danger qui pesait sur cet enfant ?

Comme il posait la question en toute innocence, Némus lui fit signe d'attendre que Caspian s'endorme, bercé par une comptine. Lorsque le blondinet céda enfin au marchand de sable, tous deux se levèrent, et quittèrent la pièce en silence.

Si son père devait ne pas revenir, Caspian serait l'héritier d'une immense fortune, et ses cousins, plus âgés que lui et pressés de faire leurs preuves, en avaient évidemment après cet argent. Il s'agissait là d'affaires de riches, qui n'en avaient que faire de la vie d'un enfant de mauvaise constitution. Plus vite Caspian viendrait à crever, mieux ils s'en porteraient. À présent, Aman comprenait mieux la vigilance de l'ancien. Il aurait été aisé d'empoisonner ce petit prince ou de tenter contre lui une attaque à l'arme blanche, si Némus avait été son unique bouclier. Mais avec un hybride, cela changeait la donne. Aman sentirait le poison, il verrait l'éclat d'une lame. En réalité, Némus n'avait jamais oublié qu'il était un hybride ; c'était l'unique raison pour laquelle il se trouvait en ces lieux. Étrangement, un sentiment de fierté teinté d'amertume découla de cette révélation : une fois de plus, il était l'instrument d'une entreprise qui le dépassait... mais au moins, la cause était bonne. Caspian ne méritait pas de mourir si jeune, et certainement pas de la main d'un membre de sa propre famille. Aman veillerait à ce que rien ne l'atteigne.

Il arrive pourtant que les meilleures intentions mènent droit à une chute violente et soudaine.

Comme le temps passait, le lien qui unissait Aman à Caspian s'était renforcé. Il y avait quelque chose de si touchant dans cet enfant sans défense que de la même manière que Némus, l'hybride qu'il était commença à se montrer un peu trop sur protecteur avec l'enfant, presque maternel. Pourtant, au fond de lui, il savait bien qu'il ne pourrait pas remplacer une famille absente, en aucun cas. Il ne pouvait pas être un substitut. Il n'était qu'un hybride qui avait été acheté pour être ici.

Et malgré tout, Caspian s'attacha aussi. Le petit garçon le voulait à son côté quasiment en permanence, et ce même pendant les leçons de son précepteur. Désormais, Aman s'occupait même de son coucher et de son lever en plus du reste de ses tâches quotidiennes. Puis vint le jour où Caspian lui offrit ses boucles d'oreilles. D'abord désemparé, l'hybride n'avait pas su quelle attitude adopter face à ce cadeau bien trop précieux : il s'agissait d'un héritage familial qu'il n'était pas en mesure d'accepter. Le vieux Némus lui fit cependant signe de les porter, et il s'exécuta. Et cette nuit-là, même si les mots n'avaient pas été prononcés de façon explicite, Aman compris qu'il avait été affranchi.

Rester au service de Caspian était donc devenu son choix, et non une véritable obligation. Bien entendu, il resta.

L'hiver s'installa, amenant avec lui le froid. Ce n'était pas une saison propice pour Aman, mais il tenait tout de même à assurer son rôle aux côtés de Caspian et de Némus. Les célébrations approchaient à grands pas et il faudrait préparer la maisonnée à l'arrivée de nombreux invités, ce qui nécessitait une organisation minutieuse. Heureusement, Aman prêtait main forte aux intendants et à Némus en prenant entièrement Caspian à sa charge.

Un grand banquet se tint donc à la date prévue, à laquelle plusieurs familles de la haute ainsi que la cousinade furent conviés. Si rien ne se produisit pendant le repas, l'atmosphère tendue laissait tout de même deviner une animosité réelle. On faisait la fête en apparence, mais derrière le masque souriant de certains se dissimulait des traîtres. Il fallait surveiller chaque mouvement, chaque regard... c'était épuisant, mais le dîner se déroula sans accroc. Malheureusement, il n'en fut pas de même pour la nuit.

Naturellement, la fatigue eue raison de Caspian assez vite, car il n'était encore qu'un jeune garçon. Mais sa sortie de table signifiait apparemment que tout le monde devait en faire de même. Alors chacun se rendit à la chambre qui lui avait été attribuée, et Aman porta Caspian à la sienne comme à son habitude. Mais à peine sur le pas de la porte, il sentit quelque chose d'inhabituel, et s'engouffra rapidement pour découvrir une fenêtre brisée, une cheminée refroidie. La température était extrêmement basse et cela l'affecta de façon quasi-immédiate. Il ne s'était pas ménagé ces derniers jours, alors un tel choc pouvait vraiment l'atteindre. Il en laissa presque tomber l'enfant, qu'il posa in-extremis sur le bord de son lit avant de se précipiter vers la fenêtre pour tirer les lourds rideaux et tenter de rallumer la cheminée. C'est alors que son corps lâcha. Un simple changement de température avait eu raison de lui.

Lorsqu'il rouvrit les yeux, il ne reconnut pas le décor qui l'entourait, les murs sombres et humides. Le bleuté se sentait incapable de bouger, mais savait qu'aucune entrave ne le retenait. Il était paralysé de la tête aux pieds, recroquevillé sur lui-même dans une ultime tentative de se préserver du froid. L'écho d'un pas lent, étouffé, lui parvint. Le vieux Némus se tenait devant lui, son visage semblait flotter dans l'obscurité ambiante. La lueur vacillante des torches empêchait l'hybride de distinguer son expression.

« Caspian a été retrouvé mort, Aman. »

Dès que ces mots quittèrent les lèvres du précepteur, Aman voulu hurler, bouger, frapper. Mais c'est à peine s'il frémit. Il voulut demander comment, et qui. Mais aucun son ne quitta sa gorge.

« Il ne portait aucune trace de blessures, simplement celle d'une morsure à la cheville. »

Comme l'accusation terrible lui parvenait, le bleuté ne protesta même pas, sa tête retombant mollement sur le sol. Caspian avait été assassiné, et on le pensait responsable.

Il n'avait pas été capable de préserver l'enfant.

Mais Némus, lui, devait savoir pertinemment qu'il n'aurait fait aucun mal au blond. Jamais il n'aurait levé la main sur lui. Jamais.
Comme s'il devinait le fil de sa pensée, la torche que tenait le précepteur oscilla en même temps que sa tête.

« Je suis navré, Aman. Je n'ai rien pu dire en ta faveur, et le fait que tu sois un hybride a aggravé ton cas. »

Après un silence, Némus continua :

« … Mais je me refuse à les laisser faire de toi leur bouc émissaire. Dès demain, je tenterai de te faire évader. Il faudra que tu ailles le plus loin possible, Aman. Là où ils ne te retrouveront pas. Là où personne ne te retrouvera... »

Comme sa conscience le l'abandonnait à nouveau, il lui sembla enfin apercevoir un rictus inhabituel sur le visage du vieil homme, comme un mélange de pitié et de satisfaction.

***

C'était à peu près tout ce dont il se souvenait de son passage chez les Fever. Il ne revit jamais le vieux Némus, et se fit embarquer à l'arrière d'une vieille carriole qui transportait des vivres dès le lendemain, comme le précepteur l'avait promis. Emmitouflé dans une simple cape de cuir, il fut ensuite abandonné dans une forêt au beau milieu de nulle part, sans doute parce que l'homme qui l'avait fait sortir illégalement du domaine craignait de se faire arrêter et que l'on découvre qu'il transportait un fugitif, qui plus est un hybride. Aman survécut très difficilement à ce premier hiver, le cœur empli de rancœur et l'organisme épuisé par le froid.

Le printemps fini par arriver.

Aujourd'hui, Aman est toujours habité par une grande amertume concernant les humains, et la vie qu'il a menée quasiment en ermite après sa mésaventure l'a rendu associable, brusque. Cependant, au lieu de ruminer une vengeance, il a préféré commencer à explorer le monde qui l'entourait et envisager une vie différente, une vie en tant q'hybride libre. Pour le moment, Aman cherche à rencontrer d'autres hybrides ayant brisé leurs chaînes pour connaître leurs histoires, et espère même retrouver ses parents un jour, si ceux-ci sont encore en vie quelque part. Il ne souhaite plus remuer le passé mais ne l'oublie pas pour autant, comme le large tatouage qu'il porte au bras le prouve : il s'agit du symbole de la famille Fever.

PSEUDO: Sam(edi) pour les intimes.  Ahaa
ÂGE: 19 ans.
COMMENT AVEZ-VOUS CONNU LE FORUM? Je ne sais même plus vraiment en fait...
QUELQUE CHOSE À NOUS DIRE? Bonjour.  wow


Revenir en haut Aller en bas
Aman Fever
REBELLE ♂
avatar
Fiche : Par ici.
Maître : Je suis mon propre maître.
Points d'influence : 11
Dim 30 Sep - 17:14
Bonjour et bienvenue ^^

Ta fiche est très bien écrite et agréable à lire. J'ai beaucoup aimé la narration de ses différentes relations avec ses maîtres, en revanche il y a deux points sur laquelle j'aimerais revenir:

- Reose n'a pas de seigneur de guerre. Pour des raisons évidentes, la royauté ne laisserait pas une faction militaire fidèle à un seigneur se former, cela risquerait trop rapidement de mener à une guerre civile. Il peut être d'une très noble et ancienne famille noble ayant des terres et des péons, ou être le générale des armées royales, mais le titre de seigneur de guerre n'est pas possible : l'armée royale serait venu toquer à leur porte, un moment ou à un autre ^^

- Pour le tatouage hybride, nous souhaitons juste préciser que même s'il peut être recouvert et caché par un autre, il reste tout de même quelque peu visible. Pour un œil averti et sachant ce qu'il cherche (comme celui d'un traqueur, par exemple) il sera tout de même perceptible Very Happy

Pour le reste tout est bon, j'attends les quelques modifications, et je te valide avec joie Very Happy



Curse is mine
Shadows in the darkness near me. I feel the whispers around me everywhere I go. Am I the only one to see ? No more fears on my burning tears. Gonna let my feelings bloom. All those years searching for my own being. Craving to assume. I'm driving into the wild, and time will come, I know...



Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
Héméra Leonis
ADMINISTRATRICE
avatar
Fiche : Hemera, reine des cieux
Liens
Maître : "LolNop"
Esclave : //
Points d'influence : 204
Dim 30 Sep - 17:23
Merci beaucoup pour ta lecture rapide Hémé ! <3

J'ai normalement corrigé ces petits détails, en espérant que tout est bon à présent. waiting


Revenir en haut Aller en bas
Aman Fever
REBELLE ♂
avatar
Fiche : Par ici.
Maître : Je suis mon propre maître.
Points d'influence : 11
Dim 30 Sep - 17:26
Bienvenue -officiellement! Very Happy - Aman! J'aime beaucoup ta fiche et ton personnage! loove Et ton français est sincèrement impeccable, ta narration est superbe aussi! Bien hâte de te croiser en rp! Smile



 
“Qui ne s’est jamais laissé enchaîner


Ne saura jamais ce qu’est la liberté.”
 

▲ Je parle en #B4045F
Revenir en haut Aller en bas
Hedda A. Citlali
REINE DE REOSE // FONDA
avatar
Fiche : Ici
Esclave : Primerose
Points d'influence : 220
Dim 30 Sep - 17:28
Et puisque les corrections ont été apportées :

Validé !

Bienvenue sur le forum

Tu peux dès à présent commencer à faire du rp partout sur le forum. En cas de question ou de problème, tu peux contacter n'importe quel membre du staff.

Tu peux recenser ton avatar ici

Tu peux aller recenser le métier de ton personnage (uniquement Humains et Rebelles) ici

En cas de multi-compte, n'oublie pas de le recenserici

Tu peux faire une demande d'habitation pour Stell, Kiana ou Hybii.

Le formulaire de demande de Maître(sse)/Esclave/Rp c'est ici

N'oublie pas de remplir ton profil et de remplir le champ de Double-Compte si besoin.

Et si tu en as envie, tu peux aller lire cecic'est de la documentation facultative sur l'univers de Reose. Ça a été mis en place pour facilité le rp, mais rien ne t'oblige à tout lire non plus.

   
Awful pour Epicode
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Points d'influence : 325
Dim 30 Sep - 17:32
Merci beaucoup à vous, il faut dire aussi que je me suis appliqué, mais tant mieux si c'est sympathique à lire !
Hâte également qu'on se voit en rp. bye 1
Encore merci pour la validation. <3


Revenir en haut Aller en bas
Aman Fever
REBELLE ♂
avatar
Fiche : Par ici.
Maître : Je suis mon propre maître.
Points d'influence : 11
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé
Contenu sponsorisé
Contenu sponsorisé
Page 1 sur 1

Sauter vers :